BASE DE DONNEES DES RAPPORTS D'ETUDES

Vous êtes ici

Le foncier pastoral Cas du terroir de Dembouten

Résumé du rapport: 

De la période coloniale à nos jours, la question du foncier pastoral a été appréhendée de diverses manières selon les conjonctures politiques et économiques. L’administration coloniale ne s’est pas préoccupée de la gestion de l’espace, focalisant plutôt son action sur le domaine de la santé animale pour préserver les animaux contre les grandes épizooties qui les décimaient. L’idéologie des terres vacantes et sans maîtres était encore prégnante et ne permettait ni de s’intéresser aux droits des éleveurs ni à la gestion des ressources naturelles par ces derniers.

Aux lendemains des indépendances, l’élevage devient un des axes prioritaires de la politique de développement rural du régime du Rassemblement démocratique africain (RDA). C’est ainsi que l’Etat a fixé une limite nord des cultures. La loi n°61-005 du 27 mai 19961 interdit la pratique de l’agriculture au dessus de l’isohyète 350 mm qui est une bande, située au nord des arrondissements de Filingué, Tahoua, Dakoro, Tanout, Gouré et N’guigmi. Seules les productions vivrières de subsistance des pasteurs et les cultures d’oasis y sont autorisées.

Les dégâts commis dans cette zone par les animaux sur les cultures ne sont pas susceptibles de dédommagement. Il s’agissait donc d’une volonté de réserver une portion du territoire national aux activités de l’élevage. Une politique d’hydraulique pastorale a été également initiée et, entre 1960 et 1970, plusieurs points d’eau modernes (forages et stations) ont été mis en place dans la zone pastorale pour l’abreuvement et le contrôle sanitaire des animaux. La création de ces infrastructures dont l’accès était libre et non réglementé a eu des effets pervers sur les écosystèmes et la gestion du foncier pastoral. Les zones riveraines des stations de pompage se sont dégradées à cause d’une trop forte surcharge animale. Les pratiques traditionnelles de gestion des parcours et des points d’eau ont été modifiées, du fait de la concentration des éleveurs et des troupeaux et du libre accès aux ressources.

 

Télécharger le rapport: 
PDF icon le_foncier_pastoral.pdf
Date du rapport: 
Samedi, 1 Mai, 2004
Nom de la structure: 
LASDEL (Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local)
Contact de la structure: 
ASDEL BP : 12901 Niamey Niger Email : lasdel@lasdel.net, Tél : (227)20723780
Auteurs: 
Abdoulaye Mohamadou Enquêteur : Mohammed Watakane
Etude commandé par: 
LASDEL (Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local)