Vous êtes ici

L'AFRIQUE GENERE DES ATTENTES DANS LES JEUX OLYMPIQUES D'HIVER

Les Jeux Olympiques d'hiver ont commencé et nous sommes tous enthousiastes et impatients de regarder nos compétitions sportives favorites. Mais surtout, nous sommes contents de voir une plus grande participation africaine que jamais auparavant.

En effet, PyeongChang 2018 ne se souviendra pas seulement de ses implications politiques parce que les Nord-Coréens et les Sud-Coréens se sont regroupés sous un seul drapeau, mais aussi parce que huit pays africains font de leur mieux pour remporter des médailles.

L'Erythrée et le Nigeria font leurs débuts avec le Togo, le Kenya, le Maroc, le Ghana, Madagascar et l'Afrique du Sud pour compléter la scène. Au total, il est prévu que 13 athlètes africains concourent.

Avant cette édition, laquelle se déroulera du 9 au 25 février, 13 pays africains ont été représentés aux Jeux Olympiques d'hiver avec au moins une nation africaine participant à chaque année depuis 1984. La première fois qu'un pays du continent a participé remonte à 1960, lorsque l'Afrique du Sud a envoyé une équipe à Squaw Valley, aux États-Unis.

 

Jeux Olympiques d'hiver :

  • Afrique du Sud (1960, 1994, 2010, 2018)
  • Maroc (1968, 1984-1992, 2010, 2014, 2018)
  • Sénégal (1984, 1992-1994, 2006, 2010)
  • Egypte (1984)
  • Algérie (1992, 2006 et 2010)
  • Swaziland (1992)
  • Kenya (1998, 2006, 2018)
  • Cameroun (2002)
  • Éthiopie (2006, 2010)
  • Madagascar (2006, 2018)
  • Ghana (2010, 2018)
  • Togo (2014, 2018)
  • Zimbabwe (2014)
  • Nigeria (2018)
  • Érythrée (2018)

En dehors des contraintes évidentes pour les nations africaines concernant les sports d'hiver (les conditions météorologiques, bien entendu), les difficultés économiques ont compliqué leurs participations. Toutefois, les efforts portent leurs fruits d'une manière extraordinaire.

Les Jeux d'hiver de PyeongChang ne sont pas seulement un défi à remporter pour tous les concurrents africains, on s'attend à ce qu'ils soient le premier défi d'une série de défis à venir. Par exemple, l'équipe de bobsleigh du Nigeria est la première du continent à participer à une compétition de ce sport aux Jeux. En outre, il pourrait être la première fois qu'un pays africain remporte une médaille... et les paris sont ouverts !

 

Le Togo, un bon concurrent

Tout comme le Maroc et le Zimbabwe, le Togo a envoyé une représentation sportive aux Jeux Olympiques de Sotchi 2014. Le porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture fut la skieuse de fond Mathilde-Amivi Petitjean. L'autre athlète Togolais en compétition en Russie était la coureuse alpine Alessia Afi Dipol. Les deux sont de retour cette année à la compétition en Corée du Sud.

Athlètes Togolais à PyeongChang 2018 :

  • Jacqueline-B Braun, ski alpin
  • Alessia Afi Dipol, ski alpin
  • Valentin Kudawoo, ski alpin
  • Joakim Kudawoo, ski alpin
  • Mathilde-Amivi Petitjean, ski de fond
  • Awa Tometi, ski de fond

 

Le Togo est l'un des plus petits pays d'Afrique de l'Ouest. Cependant, ce que le pays manque de taille, est largement compensé par son amour pour le sport.

En 1963, le pays a fondé un comité olympique qui a été reconnu par le Comité international olympique deux ans plus tard. Le Togo a participé à divers compétitions internationales, y compris les Jeux Olympiques, depuis 1972, mais sa toute première médaille olympique a été remportée aux Jeux d'été de 2008 à l'occasion où Benjamin Boukpeti a pris la troisième place en kayak.

La nation a été présente dans tous les Jeux Olympiques depuis lors, sauf en 1976 pour soutenir le boycott africain et en 1980 pour soutenir le boycott dirigé par les États-Unis.

Lors de la dernière édition de l'été à Rio de Janeiro, le Togo a envoyé cinq athlètes pour participer à trois disciplines, à savoir l'aviron, la natation et l'athlétisme. La nageuse Adzo Kpossi fut porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture.

Aux Jeux Paralympiques, il est représenté par la Fédération Togolaise des Sports Paralympiques, membre du Comité International Paralympique, et a participé à une occasion aux Jeux Paralympiques d'Été (2016). Aux Jeux paralympiques d'hiver, le Togo n'a participé à aucune édition.

 

Jeux d'hiver de PyeongChang

Un record de 102 médailles d'or sera décerné dans les disciplines suivantes :

  • Ski alpin. Les épreuves de ski alpin sont divisées en épreuves de vitesse et en épreuves techniques. La descente et le super-G, courus sur une jambe, assurent la vitesse tandis que le slalom géant et le slalom, maintenus sur deux jambes, mettent en valeur la technique. Un nouvel événement en 2018, l'événement par équipe nationale, voit des équipes de quatre (deux hommes, deux femmes) s'affronter sur des parcours parallèles de slalom.
  • Biathlon. Un sport qui combine le ski de fond avec le tir à la carabine sur une gamme de distances. La vitesse sur les skis est cruciale, mais la précision de tir aux cibles désignées en cours de route compte de manière significative pour le décompte final.
  • Bobsleigh. Dans le bobsleigh à quatre, le bobsleigh à deux et le bobsleigh à deux, les concurrents descendent sur une piste de glace à une vitesse moyenne de 135 km/h. Un freineur et un pilote composent le bob à deux personnes auquel deux poussoirs sont ajoutés pour le format à quatre joueurs.
  • Ski de fond transfrontalier. Les athlètes rivalisent sur des cours de neige comparables à de l'escalade, de la descente et la course à plat dans divers formats de course. Deux styles de ski compte le spectacle : le style classique et le style skate.
  • Curling. L'équipe masculine, l'équipe féminine et les doubles mixtes (présenté pour la première fois à Pyeongchang). Quatre concurrents dans les épreuves par équipes glissent chacun des pierres de granit polies le long d'un soi-disant drap de glace plat dans le but de placer leurs pierres plus près de la cible, ou de la maison, que les rivaux.
  • Patinage artistique. Compétence et grâce se combinent alors que les concurrents se disputent auprès d'un jury international qui se prononcera sur la précision et l'art.
  • Ski acrobatique. Contrairement au ski alpin, la version acrobatique appartient à la catégorie sports extrêmes et est entièrement dédiée à l'art.
  • Hockey sur glace. Les joueurs tentent de lancer une rondelle en caoutchouc dur dans un petit but tout en patinant à grande vitesse, enveloppés dans un rembourrage et des casques pour se protéger des blessures.
  • Luge. Les concurrents montent un petit traîneau plat en format à une ou deux personnes et accélèrent à pied en premier, face à une pente abrupte sur une piste de glace de 1 000 à 1 500 m.
  • Combiné nordique. Le nordique combiné rassemble le ski de fond, avec son exigence de force et d'endurance, et le saut à ski, qui nécessite une maîtrise technique et de l'audace.
  • Patinage de vitesse sur piste courte. Le patinage de vitesse sur piste courte implique un départ groupé et un sprint total vers l'arrivée sur un parcours d'une longueur comparable à celle d'une patinoire de hockey sur glace.
  • Squelette. Les concurrents du squelette montent une petite luge légère le long d'un parcours de glace tout en se couchant à plat ventre dans un sport autrefois considéré trop dangereux pour les Jeux Olympiques.
  • Saut à ski. Les concurrents se lancent depuis la rampe de décollage dans le but de voler aussi loin que possible avant d'atterrir dans la zone d'atterrissage.
  • Snowboard. Big Air est un nouvel événement pour Pyeongchang qui implique de grands sauts et des routines aériennes de plus en plus complexes, tandis que Snowboard Cross offre une course spectaculaire sur des terrains de neige exigeants. En tout, 10 médailles d'or sont décernées.

 

Pour en savoir plus sur les opportunités en Afrique, visitez notre site Web et impliquez-vous.

Il se peut que ceci vous intéresse aussi :

5 Raisons pour investir en Afrique

L'équipe IZF | représentant des investissements directs | Investir en Zone Franc

Pour en savoir plus sur le secteur francophone de l'Afrique ou les investissements directs étrangers, veuillez nous contacter à www.izf.net ou contacter l’un de nos représentants:

L'équipe de l'Association IZF
Tél. : (+226) 25 30 11 08
E-mail:  contactizf@izf.net (link sends e-mail)