Vous êtes ici

La dévaluation du Franc CFA en 1994

La dévaluation du Franc CFA en 1994
Les raisons de la dévaluation du Franc CFA:

Après l'échec des tentatives d'ajustement réel, c'est à dire en maintenant la parité du F. CFA, la dévaluation du franc CFA a visé à résorber les déséquilibres économiques et financiers profonds apparus au cours de la seconde moitié des années 80.
 
En effet, le retournement, à partir de 1985, des cours des principales matières premières exportées par les pays africains de la Zone franc, conjugué à la dépréciation du dollar (monnaie dans laquelle sont cotées et facturées l'essentiel de ces matières premières) a mis un terme à une longue période de croissance soutenue. Entre 1985 et 1992, les termes de l'échange se sont dégradés pour l'ensemble de ces pays de 45 % environ. Les recettes à l'exportation se sont ainsi fortement contractées, provoquant une chute des recettes budgétaires, fortement dépendantes des taxes sur le commerce extérieur. L'incapacité des gouvernements à réduire les dépenses budgétaires qui avaient sensiblement progressé en période de haute conjoncture, s'est traduite par un creusement des déficits. De surcroît, plusieurs pays ont continué de recourir à l'endettement extérieur afin de financer l'achèvement de projets lancés au cours des années précédentes.
 
Face à l'échec des mesures d'ajustement réel, les institutions de Breton Woods ont suspendu leur aide aux pays de la Zone franc, à l'exception du Bénin et du Burkina Faso qui étaient parvenus à respecter leurs engagements vis à vis du FMI, et ont préconisé un ajustement monétaire.
 
De son côté, la France décidait, en septembre 1993, que son soutien financier serait désormais conditionné à l'adoption de programmes économiques et financiers crédibles, bénéficiant du soutien du FMI. Cet infléchissement de l'attitude de la France, jusqu'alors principal défenseur au plan international du maintien de la parité du F. CFA, caractérise ce qu'il est convenu d'appeler la « doctrine d'Abidjan ».
 
Le 11 janvier 1994 à Dakar (Sénégal), en présence du Directeur général du FMI (M. Camdessus) et du ministre français de la coopération (M. Roussin), les chefs d'Etat et de Gouvernement des pays de la Zone franc décidaient de dévaluer de 50 % la parité du franc CFA par rapport au franc français. La valeur du Franc CFA passait ainsi de 0,02 FRF à 0,01 FRF. 
 
Les objectifs de la dévaluation:
La dévaluation visait trois objectifs :
 
  • le rétablissement de la compétitivité externe des économies de la Zone franc et le redressement des balances commerciales.
La dévaluation devait, en premier lieu, stimuler les exportations et freiner les importations. L'effet-prix de la dévaluation étant immédiat, la balance commerciale devait se dégrader dans un premier temps avant de se redresser à la suite de l'effet-quantité qui ne se manifeste généralement qu'au terme d'un certain délai, et dont l'importance dépend, entre autres, de la structure du commerce extérieur et de l'ampleur de la dévaluation.
  • la réduction des déficits budgétaires
L'augmentation des prix exprimés en frans CFA des importations et des exportations, conjuguée à la croissance en volume de ces dernières, devait permettre d'accroitre les recettes budgétaires, largement dépendantes de l'imposition du commerce extérieur, et partant, de contribuer à la résorption des déficits publics;
  • la reprise de la croissance
Le retour à la confiance, dû à la crédibilité d'une parité plus réaliste, une meilleure gestion des finances publiques et une reprise des exportations, devaient favoriser une reprise durable de la croissance économique.
 

Les mesures d'accompagnement:
Parmi celles-ci, il convient de distinguer :
 
  • d'une part, celles qui se rattachent aux politiques d'ajustement mises en oeuvre dans le cadre des programmes du Fonds monétaire international
  • d'autre part, celles qui visaient à atténuer les conséquences défavorables de la dévaluation, notamment sur les catégories les plus vulnérables de la population ainsi que sur l'encours et le service de la dette extérieure.
 
Les politiques d'ajustement:
 
Elles comportent un aspect conjoncturel, dont l'objectif est la stabilisation de l'économie à court terme, ainsi qu'un volet structurel, qui vise à mettre en oeuvre des réformes destinées à accroître l'efficacité de l'économie et le retour à une croissance durable.

L'objectif des mesures de stabilisation était de :
 
  • réduire le déficit budgétaire, tant par un accroissement des recettes (suppression des exemptions fiscales, amélioration du recouvrement de l'impôt, ajustement à la hausse des tarifs publics), que par une meilleure maîtrise des dépenses (contrôle strict des salaires de la fonction publique, réduction des effectifs).
Le rééquilibrage des finances publiques devait permettre de dégager les ressources nécessaires pour rembourser les arriérés intérieurs et extérieurs accumulés au cours des années précédentes et financer les programmes d'investissement public indispensables à la reprise de la croissance, ainsi que les programmes sociaux prioritaires (notamment dans les domaines de la santé et de l'éducation).
  • réduire les tensions inflationnistes nées de la dévaluation, par la mise en oeuvre d'une politique monétaire plus rigoureuse.
  • rééquilibrer les paiements extérieurs courants en diminuant la demande intérieure, via la réduction du déficit budgétaire et la limitation des crédits à l'économie et à l'Etat.
Le volet structurel visait à :
 
  • améliorer l'efficacité des administrations fiscales et douanières
  • restructurer les entreprises du secteur public
  • favoriser le développement du secteur privé par le lancement des programmes de privatisation, par la libéralisation des prix et du commerce extérieur, par la réforme du marché du travail et par la structuration de l'environnement institutionnel (sécurité juridique ...)
Il faut noter ici que toutes ces mesures d'ajustement structurel ne sont pas nées avec la dévaluation. Les programmes d'ajustement structurel avaient commencé bien avant et s'étaient intensifiés dans les années qui ont précédé la dévaluation. Ils ont connu des succès variables et partiels et de nombreuses mesures étaient atténuées ou retardées pour de nombreuses raisons. La dévaluation par le caractère irréversible et immédiat de ses conséquences a rendu obligatoire la réalisation des programmes, ne laissant plus de marges de manœuvre.
 
Les mesures destinées à atténuer les conséquences défavorables de la dévaluation:
Deux aspects des conséquences de la dévaluation ont fait l'objet de mesures spécifiques : les conséquences sociales et la dette extérieure.
 
En ce qui concerne l'aspect social, les mesures prévues ont tendu à atténuer la hausse des prix des produits de première nécessité (contrôles ou subventions), à accroître l'emploi (intensification de programmes à haute intensité de main d'oeuvre), et à renforcer l'action des Pouvoirs publics dans la santé et l'éducation. Ces mesures ont été, en partie, financées par des apports extérieurs multilatéraux , notamment de l'AID (Association Internationale pour le Développement, groupe de la Banque mondiale), de la BAD (Banque Africaine de Développement), du FAD (Fonds Africain de Développement) ou de bailleurs de fonds bilatéraux comme la France.
 
Quelles qu'aient été leur importance et leur pertinence, ces mesures sociales n'ont été qu'une légère atténuation de la perte importante du pouvoir d'achat (de l'ordre de 40 % en moyenne) de la plus grande partie de la population qui, après une période d'incompréhension du phénomène a réussi, dans le calme, à s'y adapter tant bien que mal.
 
S'agissant de la dette extérieure, il convenait, afin de ne pas compromettre la réussite de la dévaluation, de réduire la charge financière que représentent les obligations vis-à-vis des créanciers extérieurs. La France a, pour sa part, consenti des remises de dette pour un montant de 25 milliards de FRF à l'ensemble des pays de la Zone franc. En outre, la signature d'accords avec le FMI a ouvert la voie au rééchelonnement de la dette envers les créanciers publics réunis au sein du Club de Paris, puis, pour certains pays, à la restructuration de leur dette vis-à-vis des banques commerciales réunies au sein du Club de Londres.
 

Source : extrait de la note d'information n° 106 de la Banque de France