You are here

La pratique de la planification familiale en milieu rural : cas du district de Kollo

Report Summary: 

L’avènement de la planification familiale au Niger est une mutation majeure d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte socioculturel et démographique assez particulier. Les deux enquêtes démographiques et de santé (EDS) de 1992 (Kourguéni A et al.), et de 1998 (Atta S. et al.) ont établi que l’indice synthétique de fécondité par femme est l’un des plus élevés au monde (7,5 enfants) et que le taux de prévalence contraceptive reste très faible. Celui-ci est estimé à 8% : 4% pour les méthodes traditionnelles et 4% pour les méthodes modernes. Ces dernières, malgré plus de deux décennies de vulgarisation, ne connaissent pas un grand succès auprès des populations. L’implication depuis quelques années des institutions internationales dans la gestion de la santé reproductive au Niger tente de corriger certaines insuffisances et d’accroître la pratique contraceptive moderne surtout dans les zones rurales.

C’est ainsi que dans le cadre de ses actions en faveur de la santé de la reproduction dans le district sanitaire de Kollo, le projet “ Appui à une coopération sud-sud au programme de la santé de la reproduction’’ a mis à la disposition des populations des services de meilleure qualité et un personnel de santé formé aux normes et procédures en santé de la reproduction1. Certaines sages-femmes dudit district ont reçu une formation d’un mois en Tunisie en vue de parfaire leurs connaissances dans ce domaine et aussi d’en acquérir d’autres (par exemple la pose du dispositif intra-utérin : DIU). Les prestations des services SRPF ont été améliorées grâce à la mise en place par le projet des équipes mobiles (une soixantaine) et des équipes de consultations foraines (36 sites forains) rattachées à une douzaine de CSI.

En dépit de toutes ces importantes actions, la mobilisation sociale autour de la planification familiale reste très faible. L’utilisation de la contraception médicalisée est en dessous du seuil minimum escompté de 10%. La présente étude se propose principalement, de comprendre les raisons liées à la sous-utilisation des prestations de services en contraception moderne, afin de parvenir à terme à rehausser le taux de prévalence contraceptive dans la zone d’intervention. Plus spécifiquement elle tente de répondre à une série de questions:

- Quel est le niveau de connaissance de la population en matière de contraception,notamment moderne ?
- Quelle compréhension les populations ont-elles de l’utilité de la planificationfamiliale ?
- Quelle perception les individus ont de la contraception moderne ?
- Quelle place occupe la SRPF dans l’échelle des besoins des populations ?
- Quels sont les différents canaux d’information sur la contraception dont disposentles populations ?
- Quelles sont les différentes sources d’approvisionnement en produitscontraceptifs ?
.........

Report date: 
Monday, 1 March, 2004
Structure Name: 
LASDEL (Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local)
Contact of the structure: 
LASDEL BP : 12901 Niamey Niger Email : lasdel@lasdel.net, Tél : (227)20723780
Authors: 
Hadiza Moussa
Study commissioned by: 
LASDEL (Laboratoire d'Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local)