Similar información

Il n'y a aucun contenu similaire

Se encuentra usted aquí

ÉVOLUTION DES VENTES FRANÇAISES EN AFRIQUE DE 1999 A 2001

ANALYSE ANNUELLE DU COMMERCE FRANCE / AFRIQUE
Les ventes françaises en Afrique de 1999 à 2001

Cette rubrique regroupe plusieurs pages:

 


L'insertion de l'Afrique dans le commerce international
Le Commerce inter-africain
Provenance des importations des PAZF
Les ventes françaises en 2002
Les ventes françaises de 1999 à 2001
Les ventes françaises en 2000
Les ventes françaises en 1999

 

4 ÉVOLUTION DES VENTES FRANÇAISES EN AFRIQUE DE 1999 A 2001 :

Consultez le tableau de l'évolution des exportations françaises en Afrique sub-saharienne de 1999 à 2001 (PDF, 28 Ko)
Commentaires de Jean-Louis Terrier, Credit Risk International parus dans Afrique Projets N° 106 du 8 avril 2002

Comme chaque année à pareille époque, Afrique Projets publie le tableau des exportations françaises vers l'Afrique sub-saharienne (ASS) de l'année dernière.

Le basculement à l'Euro a obligé cette fois à convertir les résultats des années précédentes (1999 et 2000) dans la monnaie commune aux fins de les comparer avec l'exercice 2001.

Ces chiffres sont ceux des Douanes françaises, en CAF-FAB hors matériels militaires.

Globalement, les ventes de l'hexagone vers l'Afrique subsaharienne se sont légèrement tassées (-2,5%) par rapport à 2000, et ce en raison d'un recul très marqué des exportations de biens d'équipement (-9,8%) alors qu'on constate une belle croissance des biens de consommation (+12,4%).

Concernant les biens d'équipement, l'affaire des navires de plaisance livrés à une société américaine de croisière sous pavillon de complaisance libérien fausse la comparaison compte tenu de l'importance de ces livraisons (10 milliards de francs en 2000 !) ainsi qu'il a été écrit dans nos commentaires des années précédentes.

De sorte que si on exclut ce cas particulier, les ventes françaises de biens d'équipement n'ont décliné que de 4% en 2001, avec toutefois un recul plus marqué sur les pays de la Zone Franc (-6,7%) en dépit de la bonne tenue des équipements pétroliers au Cameroun, au Congo et au Tchad…

Concernant les biens de consommation, l'inverse se constate : une belle progression en Zone Franc (+14%), notamment en Côte d'Ivoire, une moindre progression hors Zone Franc (+10,8%), grâce au Nigeria notamment, avec tout de même, une envolée des ventes françaises, il est vrai encore marginales, sur le Botswana, le Ghana, la Tanzanie, et, dans une moindre mesure, sur l'Angola, le Kenya et la Mauritanie…

On ne sera évidemment pas surpris de recevoir la confirmation réitérée des excédents douaniers français sur l'ASS (+ Euros 1,8 md CAF-FAB en 2001) avec un taux de couverture exports sur imports françaises de 128%, dont 177% sur la Zone Franc où la France continue de bénéficier d'une position commerciale encore dominante, post-coloniale pour tout dire…

Dans de nombreux cercles franco-africains, on s'alarme souvent de l'effritement des positions françaises en ASS, particulièrement en Zone Franc. Qu'en est-il au juste ?

Que cachent les pertes de parts françaises de marché ?

Sur l'ensemble de la Zone Franc, on assiste en moyenne à une érosion des parts de marché de la France, de 35,2% en 1985 à 25% en 2000, soit dix points en 15 ans, ce qui est en effet apparemment considérable.

Le tableau ci-contre distingue, sur les dix dernières années, les zones UEMOA, où effectivement la France dégringole de 28 à 18% de part de marché, et CEMAC, où elle paraît se maintenir au delà de 35% de part de marché.

  UEMOA CEMAC
1990 1995 2000 1990 1995 2000
Total en US $ mns 6613 7832 9114 3715 3074 4501
Origines en % : 100 100 100 100 100 100
- Pays industriels 59,7 57,3 43,1 77,7 70,1 70,9
Dont :            
- Union européenne 51,5 47,5 37 64,7 58,5 60,6
(dont France) -28 -26 -18,3 -37,1 -33,7 -38,6
- USA 3,9 4,6 2,8 6,4 4,9 7,5
- Japon 2,9 3,7 2 4,6 5,5 1,8
- Pays en développement 34,3 42,7 56,9 22,3 29,9 29,1
(dont Afrique) -22 -22,5 -31,7 -10,4 -13,6 -15,5


Faut-il pour autant s'alarmer de ce constat, établi à partir des données en dollars du FMI ?

Conclure que les entreprises françaises se font tailler des croupières par leurs concurrentes étrangères ?

On doit se garder des conclusions hâtives. Le tableau le montre assez clairement : ni le Japon, ni les États-Unis, ni les concurrents de l'Union européenne ne paraissent profiter du glissement français. Tout au plus constate-t-on, quand on descend dans le détail de chaque pays, que sur le Sénégal et la Côte d'Ivoire, deux gros clients de la France dans l'UEMOA, Allemands, Italiens, Espagnols et Néerlandais ont légèrement entamé la domination française.

Non, l'explication se trouve ailleurs et cache en l'occurrence une excellente nouvelle : les pays de la Zone Franc achètent de plus en plus à d'autres pays en développement, et en particulier à d'autres pays africains, à commencer par ceux de leurs zones économiques et monétaires.

Comme Afrique Projets (N° 98 du 10 décembre 2001) a eu l'occasion de le montrer récemment, l'intégration régionale est en marche ; l'effritement de la part de la France n'est donc que le résultat mécanique de cette évolution salutaire qu'elle appelle d'ailleurs de ses vœux.

Résultat en termes relatifs au demeurant, car en valeurs absolues, les ventes françaises continuent de connaître une belle croissance.

Il faut en effet rappeler aux Afro-pessimistes que, par exemple, les importations de l'UEMOA ont doublé (en dollars) entre 1985 et 2000, ou encore que les exportations françaises en Zone Franc sont 45% plus élevées en 2001 qu'en 1993, l'année précédant la dévaluation du FCFA.

Le défaitisme de nos dirigeants sur l'Afrique est à la fois infondé et consternant !

Jean-Louis Terrier, Credit Risk International (cri.jlt@wanadoo.fr) Consultez le tableau de l'évolution des exportations françaises en Afrique sub-saharienne de 1999 à 2001 (PDF, 28 Ko)