Similar información

Il n'y a aucun contenu similaire

Se encuentra usted aquí

Dette et ratios financiers

DETTE ET RATIOS FINANCIERS
1 DETTE EXTERNE :
Avec la valeur actuelle de la dette tournant autour de 487 millions de USD (1999) après l'application de l'allègement vérifié dans le cadre de l'initiative PPTE et un service de la dette annuel de 36 millions de dollars US, le pays ne peut tirer de profits réels de cette initiative qu'en atteignant l'allègement maximal au long de la période intérimaire. 

Cela parce que, dans cette phase, le pays peut avoir, à part l'allègement du stock, celui du service de la dette également, dont la répercussion aura un impact positif immédiat sur les ressources internes provenant des recettes budgétaires. 

Cependant, l'allègement à être accordé par les créanciers multilatéraux, doit être non seulement le plus élevé possible mais également être effectué dans un délai très court, ceci permettant une plus grande capitalisation de ces ressources et l'investissement dans les secteurs sociaux, notamment santé et éducation.
 
2 DETTE INTERNE :
La dette interne de la Guinée-Bissau, dont le montant a augmenté rapidement dans les dernières années, résulte du manque de respect des procédures budgétaires par différents Départements d'Etat et par la faiblesse et l'incapacité des recettes budgétaires à couvrir les dépenses publiques. Le conflit politique militaire en 1998 et ses impacts, ont contribué aussi à l'augmentation le niveau de la dette.

Le Gouvernement est déterminé à régulariser tous les arriérés internes jusqu'à fin 2001. Ainsi donc les arriérés internes, évalués à 25,6 milliards de FCFA en 1999 passeraient à un niveau zéro à partir de fin 2001. Mais malheureusement les expectatives n'ont pas été atteintes en raison de la faible capacité de collecte des recettes.

Cette performance du Gouvernement d'acquitter des arriérés internes visait essentiellement à attendre deux objectifs fondamentaux, à savoir :  équilibrer les finances publiques et rétablir la crédibilité du Gouvernement ; et 
 revitaliser les activités du secteur privé et stimuler la création d'emplois. En effet, certains arriérés ont été régularisés mais nous ne disposons pas de données réelles. 

En contrepartie on a accumulé encore environ 5,3 milliards de FCFA en 2001 au titre de nouveaux arriérés.
Ratio du solde de la dette intérieur et extérieur par rapport au PIB nominal :
La dette du pays est essentiellement extérieure. Le ratio du solde de la dette par rapport au PIB est passé de 778% en 1998 à 455% en 1999. On estime que cette tendance à la baisse continuera malgré sa distance encore par rapport aux normes communautaires. En 2000 et 2001, en conformité aux données préliminaires disponibles, le ratio du solde de la dette par rapport au PIB a atteint les chiffres de 455,6% et 359,5%, respectivement.
Arriérés de paiements intérieurs et extérieurs :
Malgré l'effort du pays à ne pas accumuler les arriérés internes, en 2000 et au premier semestre de 2001, il y a eu une certaine accumulation de ceux-ci en vertu des dérapages vérifiées au niveau des finances publiques. Au deuxième semestre de 2001, nonobstant les efforts du gouvernement à ne pas accumuler de nouveaux arriérés intérieurs, on constate l'accumulation de nouveaux arriérés internes. Conformément aux donnés préliminaires disponibles, l'accumulation des arriérés en 2001 a été de 5,6 milliards de FCFA.
Ratio de la dette intérieure et extérieure par rapport au PIB :
Le ratio du solde de la dette intérieure et extérieure par rapport au PIB nominal maintiendra une tendance fortement descendante, pendant la période d'exécution du programme. On prévoit qui il passera de 376,2% en 2001 à 324,7% en 2002.
TABLEAU : Dette publique
Valeurs en milliards de FCFA
Années
1999
2000
2001
2002
Dette externe (CFA)
547,3
439,6
618,8
591.3
Dette interne (MRDS F.CFA)
25.6
24.6
20.3
25.9
Total
572,9
464,2
639,1
617,2
 
Pour atteindre le ratio inférieur ou égal à 70% la mise en oeuvre, par le Gouvernement, d'une série de mesures s'impose. 

Ces mesures passent nécessairement par :
  Le renforcement de la gestion de la dette grâce à la mise en oeuvre du système de gestion de la dette et d'analyse financière (DMFAS) ;
 Le renforcement de la capacité de gestion de la dette par une information bien orientée ;
 Le rétablissement des relations normales avec les créanciers, ce qui passe par la liquidation, dans les délais impartis, des arriérés déjà échus et l´établissement d'un accord avec les créanciers multilatéraux, afin d'obtenir l'allégement de la dette en ce qui concerne les arriérés ; 
 L'adoption d'une politique prudente de gestion de la dette, en contractant seulement des emprunts à forte composante concessionnelle ;
 La poursuite de la politique qui consiste à reconnaître seulement les emprunts approuvés pour le Ministre des Finances.
Variation des arriérés intérieurs et extérieurs :
En vertu des difficultés survenues au cours de l'année 2000 et dans le premier trimestre 2001, au niveau de l'exécution du PRGF avec le FMI, le gouvernement n'est pas parvenu a régulariser les arriérés internes, tel que prévu.

Cependant, le gouvernement reste déterminé à régulariser tous les arriérés internes au long de la période d'exécution du programme. Ainsi, en 2002, on prévoit que les arriérés internes seront réduits de 10,4 milliards de FCFA et que les arriérés externes seront nuls.
 
3 COMPARAISON ENTRE LES PAYS DE LA ZONE FRANC CFA : 
Si vous souhaitez comparer les données sur la dette des pays de la Zone Franc, cliquez ici


Sources: Ministère de l'économie et finances de la République de Guinée Bissau, Comité National de Politique Économique (CNPE), " Programme pluriannuel de convergence 2002-2004 ", février 2002.