Informações similares

Il n'y a aucun contenu similaire

Está aqui

Imports/exports du pays (par produits)

LE COMMERCE EXTÉRIEUR PAR PRODUITS EN 2001

Le commerce extérieur nigérien déjà déficitaire en 2000, continue sa progression en 2001, avec un taux de croissance négatif de 75%.

Si l'augmentation des importations peut s'expliquer avec une reprise de l'activité économique, la baisse des exportations met en exergue la forte dépendance du Niger envers sa principale source de revenus : l'uranium.


1 LES IMPORTATIONS :

Les importations connaissent une forte croissance

Le volume des importations du Niger en 2001 représente 227 milliards de FCFA (soit 346 millions d'euros) contre 195,5 milliards de FCFA (soit 298 millions d'euros) en 2000, soit une augmentation de 16%.

Les importations se répartissent comme suit : les céréales (principalement du riz) pour 14%
l'énergie (carburant et électricité) pour 13%
les graisses et huiles animales pour 6%
les véhicules automobiles pour 4,7% L'augmentation des importations est due essentiellement à l'augmentation des 2 principaux postes , les céréales et l'énergie.

L'augmentation des importations de céréales s'explique par la mauvaise récolte 2000, dû à une mauvaise saison des pluies.


2 LES EXPORTATIONS :

Des exportations peu diversifiées

Les exportations du Niger enregistrent une baisse de 16% entre 2000 et 2001 (105,5 milliards de FCFA (soit 160 millions d'euros) en 2001 contre 126,3 milliards de FCFA (soit 192 millions d'euros) en 2000.

Les exportations se répartissent comme suit : 53% par l'uranium,
30% pour les animaux vivants (principalement les bovins)
7 % pour des légumes (en particulier les oignons). La baisse des exportations nigériennes s'explique en partie par la baisse en valeur des exportations de minerais d'uranium (baisse du prix de l'uranium), ainsi que par la baisse des exportations des légumes (en particulier des haricots) dû à la mauvaise récolte de 2000.


3 CONCLUSION :

Une balance commerciale largement déficitaire

La balance commerciale du Niger reste largement déficitaire.

Le déficit s'accroît de 75% entre 2000 et 2001 (-121,5 milliards de FCFA en 2001 soit -185 millions d'euros), contre -69,2 milliards de FCFA en 2000 (soit -105 millions d'euros).

Si au niveau des importations, les cinq principaux partenaires se partagent 56% du marché, au niveau des exportations, les 2 principaux pays clients représentent 88%.

Avec respectivement, 48% et 40% des exportations en 2001, la France et le Nigeria restent donc des partenaires incontournables.

L'uranium restant le principal produit d'exportation, le Niger reste très dépendant des fluctuations du prix de cette matière et de la demande mondiale.


Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la ME d'Abidjan
(adresser les demandes à Abidjan@missioneco.org)

Clause de non-responsabilité
La ME s'efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l'utilisation et de l'interprétation de l'information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l'étude et l'analyse de cas particuliers.
Cette fiche a été réalisée par la Mission Économique d'Abidjan
Adresse : Ambassade de France, ME, 17 BP 151, Abidjan
Rédigé par : Sandra OUENSANGA

Services des missions économiques régionales d'Abidjan
Date de parution : Avril 2002