Similar información

Il n'y a aucun contenu similaire

Se encuentra usted aquí

Imports/exports du pays (par destination/provenance)

LE COMMERCE EXTÉRIEUR PAR PAYS EN 2003

Le commerce extérieur du Sénégal affiche pour l'année 2003 une atonie apparente qui se caractérise par une faible hausse des importations (+ 0,4%) et une légère baisse des exportations (-0.7%). 

Le déficit de la balance commerciale s'est stabilisé et le taux de couverture ne se détériore que marginalement, atteignant 47,9%. 

Toutefois ces évaluations masques des évolutions parfois prononcées de la structure des échanges. 

La baisse des volumes exportés pour l'arachide et les phosphates est compensée par le dynamisme de la filière coton et par les réexportations de pétrole. 

Les importations quant à elles sont tirées vers le haut par une demande accrue en biens agro-alimentaires et en produits pétroliers. 

Les importations de biens d'équipements et de biens intermédiaires marquent une diminution.

NB : Les chiffres utilisés ici sont les statistiques douanières publiées par la Direction de la Prévision et de la Statistique. Il est à noter que ce sont des données provisoires, des ajustements étant opérés lors de l'élaboration de la balance des paiements par la BCEAO.

 

1 PANORAMA GENERAL :

Un volume d'échanges qui reste constant, malgré une modification de leur structure


L'Europe, France en tête, demeure de loin le premier partenaire du Sénégal, bien que les exportations sénégalaises vers l'Europe et les importations sénégalaises de produits européens affichent des baisses respectives de 5.1% et 2.1% . 

Cette érosion des échanges avec l'Europe se fait au profit de l'Afrique (et notamment des pays de l'UEMOA) qui s'impose comme un partenaire de choix dans les échanges extérieurs du Sénégal, en fournissant 21.1% des importations et en absorbant 36.7% des exportations. Elle devient un client privilégié, devant l'Europe.

Le déficit de la balance commerciale (en valeur FOB/CAF) est évalué en 2003 à un niveau équivalent à 2002, soit 713 milliards de FCFA (1.1 milliards d'euros). 

Les exportations FOB (656.9 milliards de FCFA soit 1 milliard d'euros) composées principalement de produits de la pêche, de produits pétroliers, dont la progression est notable, de phosphates et de produits agricoles traditionnels tels le coton et l'arachide diminuent de 0.65%. 

Dans le même temps, les importations CAF (1 370 milliards de FCFA soit 2.1 milliards d'euros) ne progressent que de 0.44%, malgré une importante croissance des importations agro-alimentaires (+11.1%) et pétrolières (+24.8%), compensée toutefois par une baisse de la demande intérieure en biens d'équipements (-23.7%) et en certains biens intermédiaires comme les matières plastiques, les fils textiles ou encore les engrais. 

Par conséquent, le taux de couverture subit une légère détérioration puisqu'il passe de 48.5% en 2002 à 47.9% en 2003. 

Sans doute, comme cela avait été observé en 2002, les exportations restent insuffisamment diversifiées et trop dépendantes des aléas saisonniers pour résorber le déficit structurel de la balance commerciale. 

Toutefois, le dynamisme des certaines exportations (acide phosphorique, coton, engrais) permet d'envisager à terme une réduction de celui-ci.
 
(En millions de FCFA) 2001 2002 2003 2002/2003
Importations (CAF) 1 265 966 1 364 391 1 370 362 +0.44%
Exportations (FOB) 574 274 661 229 656 908 -0.65%
Balance commerciale -691 692 -703 162 -713 454 +1.46%
Taux de couverture 45.36% 48.46% 47.93% -

 

2 LES ECHANGES PAR PAYS :

Des échanges encore centrés sur l'Europe mais plus dynamiques dans l'espace africain

L'analyse des pays clients du Sénégal en 2003 fait apparaître l'Afrique en première position, qui absorbe 37% des exportations, et notamment les pays de l'UEMOA (23% des exportations) qui se distinguent puisque leurs achats cumulés représentent 63% des exportations vers l'Afrique. 

Viennent ensuite l'Europe (31%) et l'Asie (17%). 

Le détail par pays montre toutefois que l'Inde se positionne en tête en achetant la quasi-totalité de la production exportée d'acide phosphorique, ce qui correspond à 13.1% des exportations en 2003 (20.7% en 2002). 

Vient ensuite la France même si sa part diminue dans les importations sénégalaises (12.4% en 2003 contre 13% en 2002). 

Parmi les pays membres de l'UEMOA, le Mali garde une position privilégiée (9,5%) grâce à l'activité de réexportation du pétrole Sénégalais. 

La Gambie également, du fait de sa position enclavée. 

En Europe, Italie et Espagne sont les quatrième et cinquième clients du Sénégal (en absorbant respectivement 8.6% et 4.9% des exportations du pays). 

D'autres pays ne peuvent être négligés comme la Côte d'Ivoire qui reste un excellent client en absorbant 5% des exportations, de même que la Mauritanie et le Bénin qui achètent tous deux 3% de la production exportée. 

Enfin, les Etats-Unis et le Japon occupent une position mineure (moins de 1% des exportations pour chacun). 

En ce qui concerne les pays fournisseurs, l'Europe conserve de loin sa position de leader sur le marché Sénégalais en fournissant 47% des importations. 

L'Afrique arrive en deuxième position (21% des importations), suivie de l'Asie (17%). 

Le détail par pays confirme la position de tête de la France avec 25% de part de marché (25.6% en 2002). 

Le Nigeria (12.2% des importations) occupe la deuxième place grâce à sa production de pétrole à destination du Sénégal. 

La Thaïlande vient ensuite en raison de ses exportations de riz (7% des importations du Sénégal). 

L'Espagne, l'Italie et l'Allemagne sont respectivement en Europe les quatrième, sixième et huitième fournisseurs du Sénégal. 

La Côte d'Ivoire se maintient avec 4% des importations fournis. 

Les Etats-Unis et le Japon restent des fournisseurs moyens (respectivement 4% et 2% des importations du Sénégal). 

A noter également qu'en Asie, Chine (3% des importations) et Inde (2%) prennent une importance non négligeable. 

Ainsi, les pays européens restent de loin les partenaires commerciaux privilégiés du Sénégal, mais leurs parts de marché décroissent au profit des pays africains qui continuent leur progression dans les échanges bilatéraux. 

La part de l'Asie affiche une certaine stabilité.

 

3 LES PERSPECTIVES POUR 2004 :

Selon les informations concernant le premier trimestre 2004, les importations continuent d'augmenter à un rythme lent (+0.6%) tandis que les exportations affichent une décroissance de -3.5% (les analyses sont ici faites en glissement annuel).

Ce différentiel de tendances risque de creuser légèrement le déficit de la balance commerciale et de détériorer un peu plus le taux de couverture.

La crise des exportations du secteur arachidier se poursuit, au profit d'autres filières agricoles comme le coton.

La hausse amorcée du prix des produits pétroliers devrait maintenir le niveau élevé des imports et exports.

La filière pêche semble afficher un bon dynamisme. 

A noter également la hausse des ventes de ciment. 

 

4 LES 10 PREMIERS CLIENTS / FOURNISSEURS DU SENEGAL :

Les 10 premiers clients du Sénégal (en millions de FCFA)
  2002 % 2003 %
Inde 137 161 20.7 85 643 13.1
France 85 518 12.9 81 156 12.4
Mali 58 583 8.9 62 220 9.5
Italie 29 178 4.4 55 988 8.6
Espagne 21 300 3.2 32 121 4.9
Côte d’Ivoire 22 895 3.5 30 838 4.7
Gambie 23 382 3.5 24 212 3.7
Bénin 15 154 2.3 18 706 2.9
Mauritanie 20 307 3.1 16 965 2.6
Burkina Faso 4 453 0.7 16 328 2.5

Les 10 premiers fournisseurs du Sénégal (en millions de FCFA)
  2002 % 2003 %
France 348 712 25.6 341 351 25
Nigéria 118 613 8.7 166 902 12.2
Thaïlande 97 863 7.2 92 488 6.8
Espagne 53 811 3.9 58 622 4.3
Etats-Unis 73 949 5.4 49 098 3.6
Italie 61 290 4.5 48 875 3.6
Côte d’Ivoire 38 619 2.8 48 722 3.6
Allemagne 73 045 5.4 47 113 3.4
Brésil 23 928 1.8 41 156 3.0
Pays-bas 42 913 3.2 39 988 3.0

 

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la ME de Dakar
(adresser les demandes à Dakar@dree.org)

Clause de non-responsabilité

La ME s'efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l'utilisation et de l'interprétation de l'information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l'étude et l'analyse de cas particuliers.
Cette fiche a été réalisée par la Mission Économique de Dakar
Adresse : Ambassade de France au Sénégal - BP 4048 - Dakar
Rédigée par : Jean-Noël SENNE 
Revue par : Daniel VOIZOT

   Services des missions économiques régionales de Dakar
  Date de parution :
Avril 2005