Vous êtes ici

Sénégal: L'Union économique et monétaire ouest-africaine table sur une croissance de 7,3% en 2014 dans ses huit pays, mais ce taux est menacé par "plusieurs facteurs de risque", dont l'impact de la crise dans les pays émergents

DAKAR, 05 sept 2013 - L'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) table sur une croissance de 7,3% en 2014 dans ses huit pays, mais ce taux est menacé par "plusieurs facteurs de risque", dont l'impact de la crise dans les pays émergents, selon des responsables régionaux. Réunis mercredi Dakar, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), institut d'émission de l'Uémoa, et d'autres responsables de la banque chargés de définir la politique monétaire au sein de l'Union "ont souligné que des risques pèsent sur la réalisation du taux de croissance de 7,3% prévu pour 2014", indique la BCEAO dans un communiqué reçu jeudi par l'AFP. Selon les chiffres de la BCEAO, le taux de taux de croissance réel en 2012 a été de 5,8%. Les responsables de la Banque ont "relevé que l'un des principaux facteurs de risque est l'impact négatif du ralentissement de la croissance dans les pays émergents sur les cours mondiaux des produits de base exportés par les pays de l'Union", ajoute-t-elle. De même source, il y a "des signes d'amélioration de l'activité économique dans les pays industrialisés. Cependant, quelques incertitudes continuent de peser sur la croissance mondiale, en raison notamment de la situation macroéconomique dans les principaux pays émergents". Le Comité de politique monétaire de la BCEAO, qui regroupe le gouverneur de cette banque, ses adjoints et plusieurs responsables, a par ailleurs noté "une décélération plus marquée que prévu de la hausse du niveau général des prix dans l'Union". "Le taux d'inflation en glissement annuel est ressorti à 1,7% à fin juin 2013 après 2,3% à fin mars et 2,8% à fin décembre 2012", poursuit la BCEAO, qui a son siège à Dakar. Selon elle, "ce ralentissement résulte, pour l'essentiel, de la décrue des prix des céréales locales et de la baisse des prix des carburants dans certains pays à la faveur de la détente des cours mondiaux du pétrole". "En moyenne, les prévisions tablent sur un taux d'inflation de 1,9% pour l'année 2013, contre 2,4% en 2012", indique-t-elle. L'Uémoa regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Tous ces pays utilisent pour monnaie le franc CFA, arrimé à l'euro. cs/mrb/hm

Mercredi, 18 Septembre, 2013 - 11:00