Vous êtes ici

Dette et ratios financiers du Sénégal

DETTE ET RATIOS FINANCIERS
1 ANNÉE 2001 :
Selon la Direction de la Prévision et de la Statistique, le stock de la dette publique extérieure s'élevait à 2266 milliards de FCFA en décembre 2001, soit une hausse de 2.1% par rapport à l'année 2000.
Cette somme a été révisée ensuite à 2477 milliards (voir tableau).
La dette due aux créanciers multilatéraux en représentait 63% (1428 milliards), dont 966.8 milliards pour la Banque mondiale (67.7%) et 159.4 milliards (11.2%) pour la Banque Mondiale.
L'encours de la dette vis à vis des créanciers bilatéraux se chiffrait à 786.2 milliards à la fin de l'année 2001 (52.8% des créances détenues par l'OCDE et 28.2% par les pays arabes).
Cet encours comportait également 43.7% de dette ré échelonnée.

En cumulé pour l'année 2001, le service de la dette aurait représenté 88.5 milliards et aurait baissé de 9.8% par rapport à l'année 2000.
Le service de la dette aurait représenté 15% des recettes fiscales recouvrées dans l'année.
 
2 ALLÈGEMENT DE LA DETTE
Le niveau d'endettement devrait décliner fortement grâce à l'initiative d'aide aux PPTE
En juin 1999, le Sénégal a atteint le "Decision Point" de l'initiative d'aide aux PPTE.
Il est désormais entré dans la phase du "Floating Completion Point", qui dépend de la mise en œuvre d'un certain nombre de réformes.
L'allégement brut de la dette après le "Completion Point" sera de 850 millions de dollars, soit près de 25 % de la dette publique extérieure.
Le Sénégal a déjà reçu des engagements pour un allégement provisoire de la dette de l'ordre de 21 millions de dollars (0,5% du PIB) en 2001.
Ces montants augmenteront lorsque les autres créanciers spécifieront les montants d'allégement de dette qu'ils sont prêts à proposer. 

Comme le montant de l'allégement de la dette qui sera reçu au cours de l'année n'est pas connu lors de la rédaction du budget, un budget complémentaire est préparé puis adopté par le parlement lorsque les chiffres sont vérifiés.
La date prévue pour atteindre le point d'achèvement dans le cadre de l'Initiative PPTE est fixée en fin décembre 2002, ou au plus tard, au cours du premier semestre 2003.
Les conditions requises pour parvenir au point d'achèvement portent sur la finalisation du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP), la privatisation de onze entreprises publiques et les progrès à accomplir pour le respect d'une batterie d'indicateurs sociaux dans le domaine de l'éducation et la santé.
Concernant le DSRP, il a été adopté par le Gouvernement et transmis depuis le 14 mai dernier pour avis aux institutions de Bretton Woods.
Son adoption par le Conseil d'administration du FMI et de la Banque Mondiale est prévue courant juillet 2002.
 
3 LA DETTE AU PREMIER SEMESTRE 2002 : 
La dette publique pèse lourd (environ 75% du PIB).
Elle est composée à 80% de la dette publique externe, dont l'encours (2 263.6 Mds de FCFA) était stable à la fin juin 2002 (+0,4% vs juin 2001) ; la dette externe est considérée comme soutenable car contractée à 63% auprès des créanciers multilatéraux (1426,5 milliards en juin 2002.
Les encours vis-à-vis de la Banque mondiale et du FMI représentent respectivement 68 % et 11 % de ces crédits multilatéraux à des conditions très concessionnelles).
S'agissant des crédits bilatéraux, l'encours estimé à 785,4 milliards en juin 2002, représente 35% du stock.
Les pays de l'OCDE en détiennent environ 52,8% et les pays arabes 28,2%. Cet encours comporte également 43,7% de dette ré échelonnée. 

Elle est libellée à plus de 50% en droits de tirage spéciaux (DTS), à 15% en euros et 11,5% en dollars.
Par conséquent, les fluctuations du taux de change ont un effet marqué sur le niveau d'endettement en terme de franc CFA.
Le service cumulé de la dette extérieure à fin juin 2002 se chiffre à 53,2 milliards (remboursement du principal : 39,2 Mds, intérêts : 14 Mds) et représente 17% des recettes fiscales recouvrées durant le premier semestre de 2002.
Nouveaux engagements : le Sénégal a signé 50,9 milliards d'accords de prêt durant le premier semestre de 2002 dont les principaux bénéficiaires sont les secteurs de la santé, de l'eau et des infrastructures.
Le ratio des intérêts publics par rapport aux revenus est inférieur à 10 % depuis 1998 et devrait demeurer aux environs de 5 % en 2002 et 2003, en raison un allégement accru du service de la dette dans le cadre de l'initiative d'aide aux PPTE.

 
Ce ratio va se réduire au fur et à mesure que les créanciers s'engagent vers un allégement du service de la dette des intérêts et du principal.
Le niveau d'endettement devrait chuter à 71,7 % du PIB en 2002, en partie grâce à l'initiative d'aide aux PPTE et à une appréciation prévue de l'euro. Le niveau devrait baisser davantage et atteindre 64,0 % en 2003.
 
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
PIB valeur 
(en Mds de Fcfa)
2242,9
2379,7
2556,2
2752,9
2956
3108
3390,3
En cours de la dette publique extérieure 
(en Mds de Fcfa)
-
-
-
1894,7
1967,2
2220
2477,3
Service de la dette / PIB
(après allègement)
3,90%
5%
5,50%
3,70%
4,80%
3.1%
2.6%
Service de la dette / exportations 
(après allègement)
20,10%
15%
17,60%
11,10%
14,70%
16.1%
13.1%
Dette extérieure / PIB
(après allègement)
76,60%
77,30%
73,10%
76,80%
79,90%
71.4%
73.07%
Sources : FMI, BCEAO, Trésor français, nos calculs

Source : Mission économique régionale de Dakar
 
4 COMPARAISON ENTRE LES PAYS DE LA ZONE FRANC CFA
Si vous souhaitez comparer les données sur la dette des pays de la Zone Franc, cliquez ici