Vous êtes ici

Dette et ratios financiers côte d'ivoire

DETTE ET RATIOS FINANCIERS
1 SITUATION FINANCIÈRE ET RELATIONS AVEC LES BAILLEURS :
L'encours de la dette ivoirienne à fin 2001 était évalué à 11,9 Mds €. 

Le passif de l'Etat pour l'année 2001 est estimé à 1,3 Mds €.

L'encours de la dette intérieure de l'Etat résultant de contrats de prêts conclus avec des créanciers intérieurs (BCEAO, banques commerciales, bons du trésor) est estimé à 1,42 Mds € à fin 2001, soit 14% du PIB. 

Le passif intérieur de l'Etat pour l'année 2001, qui comprend les arriérés sur la dette intérieure (banques et Bons du Trésor), les passifs audités, les dépenses engagées non ordonnancées et le reste à payer du Trésor, est estimé à 0,68 Mds €.

Le problème de l'accroissement des arriérés intérieurs à l'égard du secteur privé, estimés à 408 M€ (dont 175 M€ ont été reconnus par l'Etat), ne trouve pas de solutions globales. De plus, la dette de l'Etat vis-à-vis des banques locales se chiffre à 350 M€.

Les relations avec les principaux bailleurs de fonds se sont tendues depuis la fin 1998. La Côte d'Ivoire a commencé à avoir des arriérés de paiement sur la BAD en septembre 2000. Le FMI a cessé ses décaissements dès février 1999 pour non respect des conditionnalités (dérapages budgétaires, mauvaise gestion des finances publiques, arriérés intérieurs, mauvaise gouvernance). La Banque Mondiale a cessé ses appuis budgétaires à la Côte d'Ivoire depuis le début 1999 (problèmes de gouvernance, détournements, etc.). Elle a stoppé ses décaissements au titre de l'aide projet lorsque des arriérés ont commencé à s'accumuler (septembre 2000). Seuls des projets d'études ont continué d'être financés notamment dans le cadre du PAS Transports. Les décaissements sont interrompus depuis septembre 2000.

Au 31/10/2001, le stock d'arriérés extérieurs s'élevait à 520 M€, dont 180 M€ sur la Banque Mondiale et la BAD, 290 M€ sur le Club de Paris (dont 245 M€ sur l'AFD) et 32 M€ sur le Club de Londres.
 
2 PERSPECTIVES :
Début mars 2002, le gouvernement ivoirien a adopté le projet de budget pour 2002, établi à 2,96 Mds € et qui prévoit un strict équilibre budgétaire. 

C'est un budget " d'assainissement " conforme au cadre financier fixé par les Institutions de Bretton Woods.

L'apurement de ses arriérés de 47,3 M € vis-à-vis de la Banque Mondiale intervenu fin janvier 2002, permet désormais à la Côte d'Ivoire de bénéficier des programmes retenus par le FMI et la Banque Mondiale dans le cadre du Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté dont la version finale devrait être approuvée rapidement. 

Dans l'immédiat, un crédit de relance économique d'environ 180M € puis, en mars 2002, une première tranche d'un montant analogue sur le programme triennal (460M €) élaboré par le FMI, à la suite du SMP (Staff Monitored Program) bouclé en janvier, permettront à la Côte d'Ivoire de redresser dès 2002 sa situation économique et financière et de préparer son admission au bénéfice de l'initiative PPTE (Pays Pauvre Très Endettés). 

L'adoption d'une initiative PPTE entraîne l'annulation d'une partie de la dette détenue par les créanciers publics sur le pays signataire (les premières projections sur la RCI se situent autour de 60% de l'encours, soit environ 7,5 Mds €), les économies engendrées devant être consacrées par l'Etat concerné en investissements publics dans des secteurs sociaux.

De son côté, la Banque Mondiale a annoncé son accord pour une aide d'environ 300M € en 2000 ventilée en appui à la relance économique et en aide projets.

L'Union Européenne a décidé, le 26 juin 2001, une reprise graduelle de son aide d'un montant de 70M € limitée aux projets dans un premier temps : le premier décaissement a eu lieu à la fin du mois de septembre (3,3M €) ; un décaissement de 17M € pour l'agriculture en novembre 2001 et enfin, 49,5M € en décembre 2001 pour un programme de décentralisation.

A compter de la mi-mai 2002, seront débloqués plus de 88M € au titre du Stabex (65,8M €) et de la deuxième tranche du 8ème FED.

Au niveau des bailleurs de fonds publics bilatéraux (dont en particulier l'AFD), un " Club de Paris " devrait être organisé en 2002 afin d'annuler une partie de la dette détenue sur la RCI et d'approuver un étalement du calendrier de paiement pour les arriérés actuels et les échéances futures. La France a débloqué 183M € d'aide budgétaire en faveur de la Côte d'Ivoire.

Quant à la BAD, ses relations avec la Côte d'Ivoire se sont également normalisées et elle a accordé un prêt d'ajustement de 68,6M €.
 
3 COMPARAISON ENTRE LES PAYS DE LA ZONE FRANC CFA : 
Si vous souhaitez comparer les données sur la dette des pays de la Zone Franc, cliquez ici  

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de l'Association IZF (adresser les demandes à contactizf@izf.net ).

Clause de non-responsabilité
L'Association IZF s'efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l'utilisation et de l'interprétation de l'information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l'étude et l'analyse de cas particuliers.
Cette fiche a été réalisée par :
- Innocent NDRY, correspondant IZF en Côte d'Ivoire

Revue par : 
- Virginie OLIVE , Chef de projet IZF à UBIFRANCE,
- Laurent BELMUDES , Coordinateur et webmestre de l'Association IZF

  Date de parution : Novembre 2002