Vous êtes ici

Dette et ratios financiers

DETTE ET RATIOS FINANCIERS
1 LES FINANCES PUBLIQUES :
Exécution du budget :
Les performances en matière de recettes en fin septembre 2001 sont globalement en ligne avec les prévisions.

Les taux de réalisations à cette date pour les diverses régies sont les suivants :
 
 
Douanes
74,3 %
Impôts
79,5 %
Trésor
68,9 %
 
 
Total
76,2 %

Par suite des difficultés d'utilisation du nouveau logiciel de gestion des dépenses publiques (SIGFIP), l'exécution budgétaire a été fortement ralentie en début d'année.

Selon le TOFE établi à fin septembre 2001, le taux d'exécution du budget est seulement de 61,3 %, ce niveau anormalement bas s'expliquant principalement par la faible réalisation des dépenses de transferts et d'investissements sur ressources propres.

A la même date, le solde primaire de base est positif de 8,3 milliards de F CFA.

Au cours des neufs premiers mois de l'année, les arriérés intérieurs, dont la réduction figurait au programme F.M.I. à hauteur de 4 milliards de F CFA, ont en fait été réduits de 5 milliards de FCFA, ce qui confirme l'aisance de la trésorerie de l'Etat.
 
2 ALLÈGEMENTS DE LA DETTE EXTÉRIEURE :
 
Le dernier rapport de la C.A.A. à fin septembre 2001 fait le point sur le montant des allègements accordés au Bénin à cette date dans le cadre des mesures provisoires de l'initiative P.P.T.E.

Ceux-ci se sont élevés au total à 14,1 milliards de F CFA (4,9 milliards au titre de 2000, 9,2 milliards au titre de 2001).

Selon la C.A.A. les intentions non encore honorées s'élèveraient à 9,27 milliards de FCFA (2,19 pour les créanciers du Club de Paris et 7,08 pour les multilatéraux).
 
3 EXÉCUTION DU PROGRAMME AVEC LE FMI :
 
Le conseil d'administration du Fonds Monétaire International a approuvé le 5 novembre 2001 la deuxième revue du programme triennal financé par les ressources de la facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC), ce qui a permis le décaissement de la première tranche du prêt au titre de la deuxième année du programme qui s'élève à 3,5 milliards de francs CFA.

Cette somme servira au financement partiel du déficit du budget général de l'Etat de l'année 2001.

Les administrateurs ont félicité le Bénin pour les bonnes performances réalisées sur les plans économique et financier. Ils ont reconnu que la croissance économique est demeurée soutenue, que l'inflation a été maîtrisée et que les performances en matière de finances publiques ont été bonnes.

De même, tous les critères de performance du programme ont été observés et les perspectives pour la fin de l'année 2001 demeurent favorables.

Ils ont également salué la détermination du Bénin à renforcer la lutte contre la pauvreté et se sont réjouis des progrès enregistrés au niveau de la préparation du document de stratégie de réduction de la pauvreté, qui devrait être finalisé très prochainement.

Les administrateurs ont cependant vivement appelé à l'accélération des réformes structurelles en cours dans les secteurs du coton, des télécommunications, de l'eau et de l'énergie, des transports, de la fonction publique et de l'administration territoriale.

Ils ont rappelé que ces réformes sont indispensables pour diversifier l'économie béninoise, accélérer la croissance économique et réduire durablement la pauvreté.

Ils ont enfin recommandé la poursuite du renforcement du système financier et du suivi de l'exécution budgétaire.
 
4 COMPARAISON ENTRE LES PAYS DE LA ZONE FRANC CFA :
Si vous souhaitez comparer les données sur la dette des pays de la Zone Franc, cliquez ici
 

Sources : - Mission Économique de Cotonou