Vous êtes ici

Actualités commerciales - Sénégal

ACTUALITES RELATIVES AU COMMERCE
 

Sommet du G20  du 2 avril 2009: le commerce mondial fait partie des préoccupations

 Lors du Forum  de discussion regroupant les 20 principaux pays de la planète (représentant 85% de la richesse mondiale et les 2/3 de la population), un engagement a été pris pour soutenir le financement du commerce mondial. En effet depuis l’avènement de la crise mondiale, le commerce enregistre un fort tassement, aggravé par le manque de financement du commerce. On devrait assister, selon les économistes de l’OMC à une baisse des exportations d’environ 9% en volume en 2009. Aussi, le G 20  s’engage t-il à consacrer 250 milliards de $ EU pour le financement du commerce. Ce financement devrait permettre de rétablir le commerce mondial dans son rôle moteur de la croissance.

D’ici  la fin 2009, un nouveau sommet du G20 se réunira pour vérifier l’avancement des décisions prises à Londres.

 

Les programmes de l’OMC en faveur du développement 

La France vient de faire un don de 2 millions d’euros au Fonds global d’affectation spéciale pour le Programme de Doha pour le développement (FGASPDD) et au Cadre intégré renforcé (CIR).

Cette assistance est destinée à renforcer la capacité des pays en développement et des pays les moins avancés à négocier efficacement à l’OMC et à les aider à appliquer les Accords de l’OMC. Il s’agit de domaines essentiels au regard de la protection des intérêts commerciaux et des besoins de développement des pays les plus pauvres du monde.

 

 UE-ACP : La Côte d’Ivoire signe son APE

La cote d’ivoire, un an après avoir paraphé un APE intérimaire avec l’UE, a finalisé l’accord en signant l’accord le 25 novembre 2008. Elle devient le premier Etat de la sous-région ouest africaine à conclure cet accord.

Cet accord d’étape prévoit la suppression immédiate des taxes sur un certain nombre des exportations européennes et la diminution progressive des tarifs douaniers sur 15 ans. Ainsi, en attendant la libéralisation totale de ses échanges commerciaux avec l’Europe, la Côte d’Ivoire continuera à bénéficier de conditions préférentielles d’accès au marché européen pour certains secteurs de son économie.

Par ailleurs, l’ensemble des pays de la CEDEAO étudie la possibilité d’un APE régional d’ici juin 2009.

 

 

Le Forum de DAVOS

Le forum économique mondial, rendez vous des grands décideurs du monde, a eu lieu du 28 janvier au 1er février 2009. Pour comprendre la mondialisation de l’économie et ses enjeux, le forum économique mondial a lieu chaque année depuis 1971 sous l’autorité de la commission européenne. A cette édition, le Sénégal a été le seul pays africain représenté par son Chef de l’Etat. La réunion a pris fin sur des propositions des alter mondialistes d’abolition des paradis fiscaux et des fonds spéculatifs ainsi que la mise en place de mécanismes de contrôle financiers drastiques, tout en établissant un véritable système monétaire international.

Extrait de : http://blog.lefigaro.fr/davos/2009/01/le-forum-de-davos-de-a-a-z.html

 

FORUM PUBLIC DE L'OMC 2009

Le Forum public de l’OMC aura lieu du 28 au 30 septembre 2009. Cette rencontre donnera aux participants la possibilité d'étudier les effets de la crise économique mondiale sur les pays en développement, en particulier les moins avancés d'entre eux (PMA), et de réfléchir au rôle du financement du commerce. Les participants pourront également donner leur point de vue sur les principaux défis auxquels le système commercial multilatéral doit faire face et sur le programme de travail de l'OMC après la crise.

Notons qu’en pleine crise financière mondiale, comme c’est le cas actuellement et face à la baisse de l'économie mondiale et à la montée du protectionnisme, le Forum a un rôle plus important que jamais à jouer dans la recherche de solutions mondiales. Cette année, il y sera en particulier question du rôle du système commercial multilatéral et du Cycle de négociations de Doha dans le contexte de la crise économique mondiale actuelle.
Les représentants de la société civile souhaitant organiser une session pendant le Forum public 2009 sont invités à remplir le Formulaire d'appel de propositions avant le 1er mai 2009 à l’adresse suivante : http://www.wto.org/french/forums_f/ngo_f/forum09_background_f.htm

 

Le président de la Banque Mondiale, Robert B Zoelliek, lance un appel en faveur d’un « fonds vulnérabilité ».

 

A l’occasion de la réunion annuelle du Forum économique mondial de Davos (28 janvier - 1er février 2009), le président de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick, a lancé un appel en faveur d’un "fonds vulnérabilité" destiné aux pays en développement touchés par la récession mondiale.
Ce "Fonds vulnérabilité" servirait à soutenir les pays en développement qui ne peuvent se permettre ni renflouements ni déficits, en finançant des investissements dans les trois domaines clés suivants :

  • Des projets d’infrastructures qui aident les chômeurs à retrouver du travail dans les pays en développement tout en créant une base pour la croissance et la productivité futures.
  • Des programmes de filets de sécurité, tels que des transferts conditionnels d’espèces qui permettent aux gens de laisser leurs enfants poursuivre leur scolarité, de se nourrir correctement et de bénéficier de soins médicaux.
  • Des financements pour les petites et moyennes entreprises et les institutions de microfinance pour aider le secteur privé à créer des emplois : les « meilleurs systèmes de filets de sécurité », selon M. Zoellick.

Le "Fonds vulnérabilité" pourrait être financé, selon le président de la Banque mondiale, par le versement d’un petit pourcentage des plans de relance de chacun des pays développés (0,7%).

Pour plus d’informations allez sur le site : www.banquemondiale.org

 

Séminaire régional de sensibilisation des parlementaires d’Afrique centrale sur les accords commerciaux internationaux et de Partenariat Economique (APE)

Du 12 au 14 janvier 2009, la République centrafricaine a organisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la) Francophonie (OIF), de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) et de la Commission européenne, le premier séminaire régional de sensibilisation des parlementaires d’Afrique centrale sur les Accords commerciaux internationaux et de partenariat économique (APE).

Quarante huit (48) parlementaires de la zone CEMAC ont assisté à ce séminaire qui avait pour objectif principal de renforcer les connaissances des parlementaires en matière d’accords internationaux de commerce et d’accords de partenariat économique (APE). Plus particulièrement, il s’agissait d’apporter aux parlementaires, des éclairages sur leur rôle et leur place dans les négociations des accords commerciaux internationaux, et d’autre part de leur donner des informations pratiques pour mieux suivre les processus des négociations commerciales (et notamment des APE).

Au cours du séminaire, deux thèmes principaux ont été débattus : les négociations dans le cadre du système commercial multilatéral et les négociations de l’Accord de partenariat économique (APE) entre l’Afrique centrale et l’Union européenne.

A l’issue des exposés, le séminaire a adopté les recommandations suivantes :

1. la poursuite des négociations APE dans le cadre de la configuration Afrique Centrale afin de conclure un accord régional complet et équilibré ;

2. la pérennisation et l’organisation trimestrielle du séminaire à l’attention des parlementaires de la CIP/CEMAC et de manière rotative dans les Etats membres pour le renforcement de capacités et le suivi des APE ;


3. le renforcement des capacités des parlementaires et des conseillers économiques en vue de défendre et d’assurer la promotion du commerce équitable dans le cadre des échanges commerciaux internationaux ;


4. la création d’un institut de renforcement des capacités en formulation, négociation et mise en œuvre des politiques commerciales ;


5. la création d’une Agence de coopération régionale pour le développement, la protection de l’environnement et la formation industrielle pour la valorisation de nos ressources naturelles ;


6. l’implication et la sensibilisation des conseillers économiques et sociaux aux processus des négociations commerciales ;


7. la nécessité de renforcer et d’approfondir l’intégration régionale en vue de faciliter la mise en œuvre de l’APE une fois signé ;


8. une plus grande flexibilité entre les deux parties en négociation pour la signature d’un accord régional complet et global.


 

VIème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement ACP
 
Le 6ème sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement ACP (Afrique Caraïbes Pacifique) s’est tenu à Accra (Ghana) du 02 au 03 Octobre 2008. Les chefs d’Etats et de Gouvernement ont examiné un certain nombre de questions et défis en matière de développement, notamment le changement climatique, la hausse des prix des denrées alimentaires et du pétrole, la crise financière actuelle. Il a été aussi question des Accords de Partenariat Economique (APE).
 
A l’issue de leurs travaux, les chefs d’Etat et de Gouvernement ACP ont adopté la déclaration d’Accra qui préconise :
 
- l’exploration, d’ici fin octobre 2008, les modalités d’organisation d’une rencontre de haut niveau avec leurs homologues de l’Union Européenne ;
 
- la poursuite de la réflexion pour la création d’une zone de libre échange (ALE) pour l’ensemble des pays ACP.
 
Cependant, contrairement à l’offensive des Chefs d’Etat et de Gouvernement en faveur des APE, les représentants de la société civile ont manifesté leur désapprobation, notamment en ce qui concerne l’inclusion des investissements dans les APE. Pour eux, les investissements doivent rester en dehors des APE. Ils soutiennent en effet que les pays comme la Chine non pas eu recours aux législatives laxistes pour se développer.
 
Pour plus d’informations, veuillez consulter le site suivant : (http://www.acpsummit-accra.org/home.htm)


 
OMC : échec des négociations du cycle de Doha faute de consensus
 

 

Les négociations du cycle de Doha sur la libéralisation du commerce mondial ont échoué le 29 juillet dernier à Genève. En effet les pourparlers entre les 153 membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui se sont tenus dans un contexte mondial de hausse des prix des denrées alimentaires, n'ont pas permis l’adoption d’un accord cadre intérimaire susceptible de faciliter la conclusion du cycle de Doha entamé depuis 2001.
 
L’enjeu de ces négociations portait sur deux axes majeurs : la réduction des subventions aux agriculteurs des pays riches et l’ouverture accrue des marchés des pays émergents pour les produits industriels. Mais les discussions ont achoppées sur les polémiques autour des dispositions de sauvegarde spéciale dans le cadre de l’ouverture des marchés. Selon des responsables proches des négociations, les États-Unis et les pays en développement n’ont pas pu régler le différend qui les opposait concernant la protection des producteurs agricoles dans les économies émergentes.
 
 
 

 

Forum public de l’OMC 2008 : « un commerce tourné vers l’avenir »
 

 

Le Forum public de l’OMC 2008 prévu du 24 au 25 septembre 2008 à Genève en Suisse aura pour thème cette année : “Un commerce tourné vers l'avenir”.
 
Ce forum est destiné à offrir aux gouvernements, aux organisations non gouvernementales, aux universitaires, aux entreprises et aux étudiants, une occasion de rencontre afin de débattre de la meilleure façon pour le système commercial de répondre aux besoins et aux aspirations futurs de la communauté internationale. Selon M Pascal Lamy : « Ce forum, qui a lieu dans un contexte d'instabilité financière et de prix élevés du pétrole et des denrées alimentaires, posera la question suivante: “comment conduire le système commercial vers l'avenir?” À cette occasion, nous comptons engager un débat franc et ouvert sur le rôle et la responsabilité du système commercial multilatéral en ce qui concerne des questions complexes telles que la crise alimentaire, les marchés financiers, le changement climatique, les droits de l'homme et le commerce électronique, pour ne mentionner que quelques sujets ».
 
Le formulaire d’inscription en ligne est disponible à l’adresse suivante : http//meetings.wto.org
 
 
 
Réunion des experts de la CNUCED
 

 

Dans le cadre des activités de la commission du commerce et du développement de la CNUCED, une réunion d’experts pluriannuelle sur les produits de base et le développement aura lieu du 1e au 5 août 2008 à Genève en Suisse.
 
 
 

 

Lutte contre la flambée des prix : L’UEMOA débloque 12 milliards de F CFA pour les pays de l’espace / juillet 2008
 

 

Face à la crise alimentaire et à la flambée des prix des produits de première nécessité, l’Union Economique et monétaire Ouest Africaine n’est pas restée indifférente. En effet, pour accompagner les 8 Etats membres et dans l’optique de financer dans l’urgence les politiques agricoles internes et sous régionales, la commission vient d’octroyer à chaque Etat membre une somme de 1,5 milliards de F CFA, soit au total 12 milliards de F CFA pour tout l’espace.
 
Ce don fait suite aux recommandations du conseil des ministres de l’union tenu à Abidjan qui demandait à la commission de l’Uemoa, à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) et à la Banque ouest-africaine de développement (Boad) d’apporter aux Etats membre, une contribution financière de quarante (40) milliards Fcfa en vue de la mise en œuvre de diverses actions pour une augmentation sensible de l’offre des produits de grande consommation et de première nécessité. Une doléance à laquelle la commission de l’Uemoa a répondu favorablement en débloquant la somme de douze (12) milliards FCFA pour la relance de la production agricole et la maîtrise à terme de l’inflation.
 
Aussi, un plan stratégique a-t-il été conçu conformément aux objectifs de la politique agricole de l’Union (Pau) pour un meilleur financement des programmes et projets agricoles dans tous les pays de l’espace UEMOA. De sorte à assurer à l’horizon 2015, l’auto-suffisance et la sécurité alimentaire dans l’espace. Les enjeux dudit plan étant entre autres l’amélioration de façon significative de la production agricole, la relance des investissements et le renforcement des capacités de gestion de la sécurité alimentaire.
 
Ainsi, le conseil des ministres a pris des mesures visant à la mutualisation des achats d’intrants agricoles de qualité dans l’Union, le développement des unités locales de production des intrants, la mise en place d’entreprises d’aménagement de périmètres irrigués, la création de véritables filières de productions vivrières intégrées et rentables dans L’UEMOA, sans oublier une politique de législation foncière appropriée et harmonisée à l’Union.
 
Des actions de court terme ont également été prises et portent sur l’affectation aux Etats membres sur une base légale des ressources d’un montant total de 26,67 milliards FCFA dégagées par la BCEAO, tout en demandant à chaque pays d’identifier des projets agricoles à court terme pour un montant de 1,67 Fcfa par Etat.
   

 

 
 
Conférence des chefs d’Etat de la CEMAC / juin 2008
 

 

La 9ème session ordinaire de la conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC s’est déroulée les 24 et 25 juin 2008 à Yaoundé (République du Cameroun). Selon le communiqué final, plusieurs points ont été abordés notamment le point d’avancement du projet de mise en place de la compagnie aérienne communautaire Air CEMAC qui permettrait d’assurer les dessertes régulières du réseau intra-CEMAC et de la communauté vers l’extérieur. La conférence a par ailleurs instruit la CEMAC de poursuivre les négociations sur les Accords de partenarial économique, en vue de la signature dans un délai raisonnable d’un accord régional complet, viable et mutuellement avantageux pour toutes les parties. La conférence a décidé d’institutionnaliser une journée dite « journée CEMAC » dans les Etats membres le 16 mars de chaque année (date de signature du traité instituant la CEMAC), en vue de sensibiliser les populations des sis Etats aux idéaux de l’intégration et du renforcement de l’esprit communautaire. Voir communiqué final sur le site www.cemac.int
 

 

 
 
Communique de presse des pays ACP - Les ACP sont opposés à la nouvelle proposition de l’OMC sur la banane / Bruxelles, le 17 juillet 2008
 

 

Article tiré du site www.acpsec.org
 
Le Directeur Général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Monsieur Pascal LAMY a, dans le cadre de sa mission de bons offices, proposé un compromis sur la banane, sans pour autant y avoir associé les pays ACP producteurs de banane.
 
En consacrant une érosion inacceptable du droit de douane, un tel accord condamne, de manière irréversible et à court terme, les productions de banane des pays ACP et favorise davantage et abusivement les pays producteurs d’Amérique Latine qui représentent déjà 80 % des importations communautaires au détriment des productions ACP et Communautaires.
 
Si la réduction envisagée était appliquée en l’état, elle condamnerait l’industrie bananière des pays ACP avec, en corollaire, des effets néfastes sur leurs économies, dans la mesure où la banane constitue un de leurs principaux vecteurs de développement et un puissant facteur d’intégration régionale et de lutte contre la pauvreté.
 
Dans les circonstances actuelles, ledit accord ruinerait toutes les chances des pays ACP de participer activement au système commercial multilatéral, comme les y incitent fortement les institutions financières multilatérales, à l’instar du FMI et de la Banque Mondiale.
 
La mise en œuvre en l’état d’une telle mesure ne pourrait que remettre en question et vider de leur substance les Accords de Partenariat Economique (APE) dont le processus est en cours, en même temps qu’elle amènerait les pays ACP à s’interroger sur la finalité du cycle de Doha.
 
Les pays ACP estiment que, par delà les considérations purement juridiques, il est impératif de rechercher une solution équitable en prenant en compte les intérêts de toutes les parties.

 

 
 
Vers une baisse de 15% du fret maritime au Cameroun/ Par PANA /19 août 2008
 

 

Le gouvernement camerounais vient d’ordonner une baisse de 15% des tarifs douaniers et des frets maritimes, applicable au plus tard dès octobre prochain par les armateurs et les différents opérateurs au port de Douala…
 
Ces premières mesures, qui entrent dans le cadre de la lutte contre la vie chère, interviennent au terme d’une série de concertation avec les principaux partenaires de ce secteur d’activité et auront un caractère obligatoire.
 
Le port de Douala, véritable porte de sortie et d’entrée du Cameroun, entretient plus de 95% du trafic des marchandises à l’exportation et à l’importation.
   

 

 
 
La négociation des APE : Etat des lieux en Afrique de l’Ouest
 

 

L’Afrique de l’Ouest progresse vers un APE régional. Les Ministres de l’Union monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) ont examiné la situation financière de la région et invité les États membres à accélérer l’harmonisation des économies et des régimes fiscaux nationaux, lors d’une réunion du 26 juin. Ils ont également tenu un séminaire ministériel afin de définir un cadre stratégique pour la relance de la production agricole. Dans le même temps, un atelier de l’UEMOA était organisé à Dakar en vue de valider un rapport sur l’effet de l’harmonisation des taxes à l’importation sur la société et l’impact des APE sur les recettes fiscales des pays de l’UEMOA. Le rapport suggère l’introduction d’une taxe d’importation maximale de près de 30%, ainsi que la constitution de capacité pour garantir la réalisation du potentiel fiscal.
 
Selon les experts, il fallait davantage d’information pour tirer des conclusions sur les APE.
 
Auparavant, des négociations avaient eu lieu à Abuja, du 17 au 20 juin, entre les responsables de la Commission européenne et de l’Afrique de l’Ouest, sur un texte initial conjoint….
   

 

 
 
La négociation des APE : Afrique centrale- Régime commercial appliqué depuis le 1er janvier 2008
 
Aucun accord régional avec la commission européenne n’a été conclu avant la fin 2007. En vue de protéger l'accès au marché après le 31 décembre 2007, le Cameroun, pays non-PMA, et la CE ont paraphé un accord intermédiaire le 17 décembre 2007. Les négociations sont toujours en cours pour le Gabon, mais aucun accord intermédiaire n'a été signé jusqu'à présent. Un tel accord pourrait être finalisé courant 2008. Le troisième pays de la région, non repris dans les PMA, à savoir la République du Congo, a montré peu d'intérêt dans les négociations, selon le Commissaire européen Mandelson. Depuis le 1 er janvier 2008, plusieurs PMA, tels que la République centrafricaine, le République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale et Sao Tome et Principe, exportent d'après les termes de l'initiative TSA.
 


 

 

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de l'Association IZF (adresser les demandes à contactizf@izf.net ).

Clause de non-responsabilité
L'Association IZF s'efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l'utilisation et de l'interprétation de l'information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l'étude et l'analyse de cas particuliers.

Ces informations ont été fournies par :
- BUREAU NATIONAL D'ETUDES TECHNIQUES ET DE DEVELOPPEMENT (BNETD) - Côte d'Ivoire