你在这里

Soudan: reprise dimanche des discussions sur la transition

星期六, 18 五月, 2019 - 13:10
© 2019 AFP
Soudan-politique-manifestations-troubles-armée
Des manifestants soudanais rassemblés devant le QG de l'armée à Khartoum, le 17 mai 2019 | AFP | MOHAMED EL-SHAHED

Les discussions entre le Conseil militaire au pouvoir au Soudan et les leaders de la contestation vont reprendre dimanche, après une pause de 72 heures, a annoncé samedi l'armée soudanaise dans un communiqué.

"Le Conseil militaire annonce la reprise dimanche des discussions avec l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC) au palais présidentiel", a indiqué l'armée.

La communauté internationale a appelé vendredi à une "reprise immédiate des pourparlers" au Soudan pour parvenir à une transition "vraiment dirigée par les civils", a déclaré un haut responsable américain au terme d'une réunion à Washington.

Le secrétaire d'Etat américain adjoint chargé de l'Afrique, Tibor Nagy, a réuni des représentants de l'Union africaine, de l'ONU, de l'Union européenne, de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni et de la Norvège "afin de coordonner les efforts pour encourager" les parties "à trouver un accord le plus rapidement possible sur un gouvernement intérimaire" qui soit "le reflet de la volonté des Soudanais".

"Nos partenaires et nous avons salué les récents accords" entre le conseil militaire et l'alliance à la tête de contestation civile "sur de nouvelles institutions", a-t-il dit sur Twitter.

Il a appelé les généraux à "autoriser les manifestations pacifiques et à tenir pour responsables les auteurs de ces violences" qu'il a attribuées aux forces de l'ordre.

L'armée a suspendu mercredi soir le dialogue avec les meneurs de la contestation au sujet de la transition politique en réclamant que soient levées les barricades installées à Khartoum. Les leaders de l'ALC, fer de lance du mouvement, ont regretté cette suspension mais affirmé vouloir maintenir la mobilisation.

Des manifestants ont démantelé vendredi les barricades mais ont menacé de les rétablir si les généraux ne reprenaient pas les négociations sur un transfert du pouvoir.