أنت هنا

Soudan: manifestations en soutien aux victimes de guerre

الخميس, 14 فبراير, 2019 - 14:32
© 2019 AFP
Soudan-conflit-manifestations-déplacés
Manifestation en soutien aux victimes de guerre à Khartoum, le 14 février 2019 | AFP | -

Des centaines de Soudanais ont manifesté jeudi en soutien aux millions de victimes des conflits qui déchirent le pays, à l'appel des organisateurs des rassemblements antigouvernementaux ayant lieu quasi quotidiennement depuis deux mois

Le Soudan est secoué depuis le 19 décembre par des manifestations déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. Ces rassemblements ont vite muté en un vaste mouvement de contestation contre le président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis un coup d'Etat mené en 1989.

Fer de lance du mouvement de protestation, l'Association des professionnels soudanais (APS), avait appelé cette fois-ci à des manifestations pour soutenir les populations touchées par les conflits dans les Etats du Darfour, du Nil Bleu et du Kordofan-Sud.

Dans le centre de Khartoum, des centaines de manifestants ont battu le pavé scandant "liberté, paix, justice", principal slogan du mouvement antigouvernemental. Ils ont été rapidement dispersés par la police anti-émeute qui a eu recours au gaz lacrymogène et à des arrestations, selon des témoins.

Les forces de sécurité soudanaises ont également tiré au gaz lacrymogène sur des manifestants rassemblés dans les rues du quartier de Bahari dans le nord de Khartoum, selon des témoins.

Ailleurs dans le pays, des habitants d'un camp de déplacés dans la région du Darfour (ouest) ont également organisé un rassemblement.

"Les habitants du camp Zam Zam (...) scandent des slogans antigouvernementaux", a affirmé par téléphone à l'AFP Mohamed Issa, un habitant du camp. "Nous pensons que les gens à travers le pays manifestent pour nous, les victimes de la guerre au Darfour", a-t-il ajouté.

Depuis 2003, le Darfour est en proie à des combats entre les forces soudanaises et des rebelles de minorités ethniques qui se sentent marginalisées par le pouvoir central et les populations arabes. Le conflit a fait plus de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.

"Nous voulons construire un nouveau Soudan dans lequel il n'y ait pas de différences entre un Zurga (Noir) et un Arabe", a lancé Hassan Adam, un résident du camp de Zam Zam.

Mercredi, les organisateurs de la contestation antigouvernementale ont promis de poursuivre leur mouvement jusqu'au renversement du régime.

Depuis le début des troubles, Omar el-Béchir, qui fait l'objet de plusieurs mandats d'arrêt par la Cour pénale internationale (CPI) pour sa responsabilité présumée dans des exactions au Darfour, a exclu de démissionner et imputé les manifestations à des "conspirateurs".

Selon un bilan officiel, 30 personnes sont mortes depuis le début du mouvement. L'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) fait état de 51 morts.