You are here

Cambridge Analytica "nie fermement" les accusations contre elle dans les médias

Monday, 19 March, 2018 - 19:56
© 2018 AFP
internet-technologies-télécoms-mobiles-politique-USA-GB

L'entreprise britannique Cambridge Analytica (CA), spécialisée dans la communication stratégique, a "nié fermement" lundi les accusations selon lesquelles elle aurait récupéré sans leur consentement les données de millions d'utilisateurs de Facebook pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d'influencer le vote d'électeurs.

"Ces données Facebook n'ont pas été utilisées par Cambridge Analytica dans le cadre des services fournis à la campagne présidentielle de Donald Trump" et aucune "publicité ciblée" n'a été réalisée "pour ce client", déclare l'entreprise, mise en cause par les journaux américains New York Times et britannique Observer, et la chaine de télévision britannique Channel 4 News.

Facebook a indiqué avoir fermé le compte de la firme.

Le lanceur d'alerte Chris Wylie, un ancien directeur de recherche de la société basée au Royaume-Uni, a déclaré à Channel 4 News que les données de plus de 50 millions de profils Facebook avaient été saisis en 2014.

La "source" des médias est "un ancien collaborateur de Cambridge Analytica -pas un fondateur comme cela a été prétendu - qui est parti en 2014 et qui donne une image fausse de lui même et de l'entreprise", a affirmé CA dans un communiqué.

Cambridge Analytica affirme collaborer avec des marques et des partis politiques traditionnels lors d'élections démocratiques. Elle précise "n'avoir pas travaillé sur le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni".

La chaîne de télévision Channel 4 News a diffusé lundi soir une enquête portant de nouvelles accusations contre l'entreprise.

Filmé en caméra cachée, le directeur de CA, Alexander Nix, suggère des techniques pour piéger des rivaux politiques aux élections: offrir "une grosse somme d'argent au candidat pour financer sa campagne en échange de terrains par exemple, nous aurons tout enregistré et nous effacerons le visage de notre type et posterons la vidéo sur internet". Ou encore "envoyer des filles autour de la maison du candidat".

Interrogée par Channel 4 News, Elizabeth Dunham, la régulatrice du secteur, a déclaré vouloir demander un mandat pour pouvoir enquêter au sein de l'entreprise.

Cambridge Analytica a nié avoir tenté de piéger ou de corrompre des candidats, dans un communiqué transmis à la chaîne de télévision.

Facebook a dégringolé en Bourse lundi à la suite de la révélation de l'utilisation des données personnelles de millions de ses utilisateurs. Vers 18h00 GMT lundi, le titre Facebook chutait de 6,5% à 173,06 dollars.