أنت هنا

Audrey Pulvar crée un fonds de dotation pour l'Afrique

الثلاثاء, 19 فبراير, 2019 - 07:37
© 2019 AFP
climat-ONG-économie-médias-Afrique-énergie
Audrey Pulvar au festival du cinéma américain de Deauville, le 31 août 2018 | AFP/Archives | CHARLY TRIBALLEAU

Un mois après son départ de la Fondation Hulot, Audrey Pulvar se consacre désormais à monter un fonds de dotation pour l'Afrique, "AfricanPattern", destiné à soutenir des modèles d'écologie solidaire sur le continent, a-t-elle expliqué à l'AFP.

"Nombre de transformations écologiques sont déjà à l'oeuvre dans les pays africains, que ce soit par tradition, empirisme ou pour faire face à des pénuries: circuits d'économie sociale et solidaire, recyclage, agro-écologie... L'idée est de modéliser ces expériences", dit-elle.

"L'Afrique peut donner au monde l'exemple à suivre, en systématisant des organisations solidaires et responsables, (...) en faisant de l'écologie solidaire le socle des politiques publiques", dit le manifeste de l'organisation, qui vise "l'élaboration d'un modèle alternatif, fondé sur les savoirs et expérimentations".

Think tank doté d'un conseil scientifique majoritairement africain (les philosophes Achille Mbembe, Souleymane Bachir Diagne, l'anthropologue Abdourhamane Seck...), "AfricanPattern" ("pattern" pour patron, modèle) se veut aussi un "do tank", capable de soutenir et financer des projets.

Sa créatrice admet que le propos est ambitieux mais l'organisation "ne fait qu'accompagner un mouvement entamé par nombre d'intellectuels africains".

Se décrivant comme "activiste féministe et écologiste", la journaliste de 47 ans dit avoir été transformée par sa mission de 18 mois à la tête de la Fondation Hulot (FNH): "je me suis emparée des sujets, je voulais comprendre".

Alors fini le journalisme? "Le journalisme de presse radio-télé, oui".

Avant d'arriver mi-2017 à la FNH, "je ne me sentais plus tout à fait chez moi dans le métier de journaliste de presse audiovisuelle. Depuis 2 à 5 ans je voyais se développer une nouvelle forme de journalisme, beaucoup de spectacle. Je ne m'y retrouvais pas", dit-elle. "Et puis il y a eu le score du FN" à l'élection présidentielle.

"Je me suis dit +je n'ai pas la prétention de changer le monde, mais je vais peut-être utiliser mon énergie différemment+", ajoute Audrey Pulvar. "Et je pense que la lutte contre le réchauffement climatique est le seul récit de nature à enthousiasmer les populations, à les réconcilier avec l'action politique".

La FNH a replacé son fondateur Nicolas Hulot à sa tête mi-janvier. Audrey Pulvar, elle, se donne cette année pour monter son équipe, basée à Paris, et ses premiers financements. "J'aimerais vraiment que ça marche", dit-elle, rejetant en revanche toute ambition électorale.