أنت هنا

AIF2019: un coup de pouce américain pour les PME africaines

Par Rédaction -14 novembre, 2019

La société américaine de financement du développement (DFC) et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé un mémorandum d’accord destiné à renforcer la collaboration à l’appui du développement en Afrique.

Le protocole d’accord a été signé par Adam Boehler, PDG de DFC et Akinwumi Adesina, président de la BAD, lors du Forum sur l’investissement du 12 au 13 novembre à Johannesburg en Afrique du Sud. L’entente permettra aux deux institutions de mobiliser plus efficacement des capitaux privés en vue d’atteindre des objectifs de développement communs en Afrique.

Adam Boehler a indiqué que l’entente aidera à exploiter les forces diverses des PLC et de la BAD afin de réaliser des progrès tangibles dans la réalisation de leurs objectifs communs en Afrique.

« Pour relever les nombreux défis de développement urgents auxquels l’Afrique est confrontée – du développement des infrastructures à l’inclusion financière et à la sécurité alimentaire -, la collaboration avec des partenaires partageant les mêmes idées est essentielle”, a ajouté Boehler.

Akinwumi Adesina a pour sa part déclaré que la priorité sera accordée aux infrastructures critiques, dont l’énergie, les services financiers et l’agriculture, et aux investissements qui responsabilisent les femmes de la région.

« Grâce à ces efforts, les DFC et la Banque visent à investir ensemble 2 milliards de dollars, l’objectif étant de mobiliser 3 milliards de dollars supplémentaires du secteur privé parallèlement à leurs investissements. Cela représenterait un investissement total de 5 milliards de dollars dans des projets de développement régional. Les partenaires utiliseront le financement par emprunt, les prises de participation, l’assurance contre les risques politiques et d’autres outils financiers pour atteindre ces objectifs», a déclaré Adesina.

Doté d’un plafond d’investissement de plus de 60 milliards de dollars et de nouveaux outils financiers, les PLC disposent de davantage de ressources pour investir dans des régions prioritaires telles que l’Afrique subsaharienne et d’une plus grande flexibilité pour collaborer avec des partenaires clés tels que la Banque africaine de développement.

Source: financialafrik