你在这里

Total cède des activités au Gabon à Perenco pour 350 M USD

Paris, 27 fév 2017 (AFP) - Le groupe pétrogazier Total a annoncé lundi la cession d'activités au Gabon à la société franco-britannique Perenco, pour un montant d'environ 350 millions de dollars (environ 330,6 millions d'euros).

   Cet accord porte sur "la vente de la société Total Participations Petrolières Gabon (Total 100%), détenteur d'intérêts dans 10 champs", ainsi que "la vente d'intérêts détenus par la société Total Gabon (Total 58%) dans cinq champs et dans le réseau de pipelines Rabi-Coucal-Cap Lopez", précise le groupe dans un communiqué.

   "Le montant global des transactions hors ajustements s'élève à environ 350 millions de dollars" (soit environ 330,6 millions d'euros), souligne Total, alors que les productions cédées s'établissent quant à elles à environ 13.000 barils par jour (pour la quote-part du groupe).

   Cet accord démontre la capacité du groupe "à créer de la valeur en monétisant des actifs matures et en tirant parti de synergies par le transfert de la conduite des opérations", commente le directeur général de la branche exploration-production de Total, Arnaud Breuillac, dans un contexte marqué par la volatilité des prix du pétrole, "où la baisse du point mort de nos opérations constitue la priorité".

   De plus, "Total reste pleinement engagé au Gabon et va pouvoir se concentrer sur la maximisation de la valeur de ses principaux actifs stratégiques opérés", souligne-t-il.

   A l'issue de cette transaction, qui doit encore être approuvée par les autorités, "l'ensemble restant des actifs amont du groupe (exploration et production, NDLR) au Gabon sera détenu par Total Gabon", indique le communiqué.

   Le Gabon, ancienne colonie française, a été un des pays phare du développement de la compagnie pétrolière française Elf, absorbée par sa rivale Total - bien plus petite à l'époque - dans les années 90.

   Total contrôle notamment 58% de Total Gabon, première entreprise gabonaise qui est l'héritière de la Société des pétroles d'Afrique équatoriale française (Spaef). Cette société fondée en 1949 avait découvert son premier gisement commercialement exploitable en 1956, juste avant l'indépendance. Elle a été absorbée en 1960 dans l'Union générale des pétroles, qui elle-même est devenue Elf sept ans plus tard.

   as/fpo/ggy/jh

星期二, 28 二月, 2017 - 07:45