Vous êtes ici

Plus de 15 milliards de dollars pour le développement de la Côte d'Ivoire d'ici 2020

Paris, 17 mai 2016 (AFP) - Bailleurs de fonds internationaux et pays partenaires de la Côte d'Ivoire se sont engagés à hauteur de plus de 15 milliards de dollars pour soutenir le développement de ce pays d'ici à 2020, au cours d'une conférence mardi à Paris.

   Le groupe consultatif sur la Côte d'Ivoire s'est réuni à partir de mardi, et pour deux jours, dans la capitale française pour tenter de financer un ambitieux "Plan national de développement" ivoirien pour la période 2016-2020, a constaté l'AFP.

   A l'issue d'une première journée d'échanges avec les responsables du pays, dont le Premier ministre Daniel Koblan Duncan, les représentants d'institutions financières internationales et des grands pays bailleurs de fonds ont promis 15,4 milliards de dollars, sous forme de prêts ou de dons, soit près du double de l'objectif initialement affiché par Abidjan.

   "Nous avons obtenu presque le double du montant demandé", s'est félicité au cours d'une conférence de presse le Premier ministre ivoirien, qui a "chaleureusement remercié" les partenaires de la Côte d'Ivoire.

   "C'est un témoignage de reconnaissance pour le travail accompli jusqu'à présent par le gouvernement du président Alassane Ouattara", a-t-il estimé.

   Depuis la sanglante crise post-électorale en 2010-2011, née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l'élection présidentielle de novembre 2010 et qui avait fait plus de 3.000 morts en cinq mois, "le pays a changé totalement de visage", a souligné M. Duncan.

   "Il faut aujourd'hui poursuivre nos efforts, et même les accélérer", a-t-il ajouté. "Comme cela a été fait pour le PND 2012-2015, notre ambition pour 2020 est tout à fait crédible, vous verrez", a-t-il promis.

   Le PND 2016-2020 a été évalué par le gouvernement à un montant global de

30.000 milliards de francs CFA (soit environ 60 milliards de dollars, dont

22,6 milliards de dollars (38%) de projets d'investissement publics, et 37,4 milliards de dollars (62%) de projets d'investissements privés.

   Les besoins de financement public était fixé à près de 8,8 milliards de dollars, soit 39% des investissements publics, selon Abidjan.

   hba/mw/abk

 

Mercredi, 18 Mai, 2016 - 07:00