你在这里

Gabon: législatives de décembre reportées au plus tard au 29 juillet 2017

Libreville, 3 déc 2016 (AFP) - Les élections législatives au Gabon, qui devaient se tenir en décembre, ont été reportées au plus tard au 29 juillet

2017 pour "cas de force majeure", a indiqué samedi dans une déclaration le ministre de l'Intérieur.

   Cette décision a été prise par la Cour constitutionnelle, saisie par le Premier ministre, lui-même informé par la Commission électorale de l'impossibilité "d'organiser cette élection en ce mois de décembre 2016, en raison de l'insuffisance des dotations financières prévues à cet effet", d'après la déclaration écrite du ministre de l'Intérieur Lambert Matha transmise à l'AFP.

   La Cour a pris en compte "des dépenses imprévues consécutives aux violences enregistrées à l'issue de l'élection du président de la République" en septembre, indique samedi le quotidien l'Union.

   La proclamation le 31 août de la réélection d'Ali Bongo Ondimba avait provoqué des violences rares au Gabon, avec des morts, des manifestations et des pillages sévèrement réprimés.

   La réélection de M. Bongo avait été confirmée le 23 septembre par la Cour constitutionnelle qui avait rejeté le recours de son rival Jean Ping.

   Après sa réélection, M. Bongo avait proposé un dialogue politique à l'opposition que M. Ping, qui se proclame le "président élu", a toujours refusé jusqu'à présent, ce qui compromettait l'organisation du scrutin législatif dans un climat "apaisé".

   "Il nous est apparu de bon sens de commencer d'abord par réunir les conditions du dialogue pour une élection législative apaisée", avait répété mardi le porte-parole du gouvernement Alain-Claude Bilie-By-Nze. "Il se trouve que certains estiment qu'ils ne peuvent pas dialoguer avec Ali Bongo Ondimba et qu'ils vont organiser leur propre dialogue".

   La Cour constitutionnelle a décidé "le report de la tenue du scrutin dont la date limite d'organisation est fixée au 29 juillet 2017" ainsi que "la prorogation du mandat de l'actuelle législature jusqu'à la proclamation des résultats" de ces prochaines élections, selon le ministre de l'Intérieur.

   Le gouvernement "s'engage à prendre toutes les mesures appropriées pour respecter" ce nouveau délai, ajoute le ministre.

   Le Parti démocratique gabonais (PDG) d'Ali Bongo dispose d'une majorité écrasante (114 députés sur 120) dans l'actuelle assemblée issue des élections législatives de décembre 2011.

   "L'expiration du mandat de l'actuelle législature est fixée au 27 février 2017. Dans ces conditions, l'élection des députés devant siéger à la prochaine législature devait avoir lieu le 27 décembre 2016 au plus tard", selon le ministre de l'Intérieur.

   st/jhd  

星期日, 4 十二月, 2016 - 10:45