Vous êtes ici

Burkina Faso: des ex-proches du président créent un parti d'opposition

OUAGADOUGOU, 25 jan 2014 (AFP) - Des ex-proches du président burkinabè Blaise Compaoré qui avaient démissionné de son parti début janvier, ont créé samedi à Ouagadougou un nouveau parti d'opposition, moins de deux ans avant la présidentielle prévue en novembre 2015.

   Plusieurs figures du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, au pouvoir), dont l'ex-chef du parti présidentiel et ancien président de l'Assemblée nationale Roch Marc Christian Kaboré, avaient démissionné avec fracas en raison d'un "profond désaccord sur la conduite et l'orientation actuelle du parti".

   Ce dernier a pris la tête du nouveau parti.

   "Nous venons de porter sur les fonts baptismaux (...) le parti de tous les espoirs d'une démocratie véritable (...) baptisé le Mouvement des peuples pour le progrès (MPP)", a-t-il déclaré à l'issue de l'assemblée générale constitutive.

   Le MPP, "parti des masses, parti social démocrate, se veut être une plateforme consensuelle pour affranchir le pays de toutes les dérives qui menacent la démocratie, la cohésion, la paix et la stabilité", a-t-il souligné.

   Les dissidents du CDP, parmi lesquels l'ancien et charismatique maire de la capitale Ouagadougou (1995-2012), Simon Compaoré, et l'ex-ministre, homme de confiance du président Compaoré, Salif Diallo, avaient également marqué leur désaccord sur la mise en place "aux forceps du Sénat et la modification de l'article 37, limitant le nombre de mandats présidentiels".

   Le président Compaoré a évoqué à la mi-décembre 2013 l'idée d'un référendum pour modifier un article de la Constitution burkinabè limitant à deux le nombre de mandats présidentiels, qui l'empêche de participer à l'élection de 2015.

   L'opposition avait organisé une grande manifestation, il y a une semaine, en présence des dissidents du parti présidentiel, pour protester contre une modification de la Constitution.

   Vendredi, une quarantaine de partis politiques ont créé un Front républicain pour soutenir le président Compaoré.

   Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987 par un coup d'État, a effectué deux septennats (1991 et 1998), avant qu'un amendement modifiant la durée du mandat présidentiel ne lui permette d'être élu pour deux quinquennats (2005 et 2010).

   A la tête du Burkina Faso depuis 26 ans, le président se montre très flou quant à sa volonté de se présenter une nouvelle fois à la charge suprême.

   str-ck/de

Lundi, 27 Janvier, 2014 - 07:15