Vous êtes ici

Cameroun: La commission électorale camerounaise Elections Cameroon a signé mercredi un marché de près de 8 milliards de FCFA avec une entreprise allemande pour l'introduction de la biométrie lors des inscriptions sur les listes électorales

YAOUNDE, 18 avr 2012 - La commission électorale camerounaise Elections Cameroon (Elecam) a signé mercredi un marché de près de 8 milliards de FCFA (12,1 millions d'euros) avec une entreprise allemande pour l'introduction de la biométrie lors des inscriptions sur les listes électorales, a rapporté la radio d'Etat. "La signature du contrat de ce marché d'un montant de près de 8 milliards de FCFA a eu lieu (mercredi)" au siège d'Elecam à Yaoundé, a rapporté la Cameroon Radio Television (Crtv). De même source, l'entreprise Giesecke & Devrient a obtenu le marché face à trois autres entreprises qui restaient en course au terme de deux vagues d'élimination. Toujours selon la Crtv, Giesecke & Devrient dispose d'un délai de 10 mois pour effectuer sa tâche portant notamment sur l'acquisition et la mise en réseau du dispositif pour enregistrer les données biométriques (empreintes digitales et photos), ainsi que la formation du personnel d'Elecam en vue des législatives. Celles-ci devaient être organisées cette année mais elles n'interviendront au plus tôt en 2013, le mandat des députés ayant été prorogé d'"au moins six mois", avec l'accord de l'opposition. C'est la première fois que le Cameroun va expérimenter la biométrie lors des inscriptions sur les registres électoraux. Cette option est prévue dans un nouveau code électoral très contesté par l'opposition et qui a été voté le 13 avril. Les élections donnent systématiquement lieu à des contestations. Lors de son investiture en novembre, M. Biya, 79 ans, au pouvoir depuis 30 ans, avait clamé sa "volonté de perfectionner sans répit" le système électoral. L'opposition est contre la nouvelle loi électorale notamment parce qu'elle ne prend pas en compte deux ses principales réclamations: l'organisation d'un scrutin présidentiel à deux tours et l'introduction de bulletins de vote unique lors des différentes élections. En outre, certains membres de l'opposition s'indignent de l'augmentation des cautions exigés aux candidats aux élections.

Mercredi, 26 Juin, 2013 - 19:15