Vous êtes ici

Bénin: Le gouvernement béninois s'est doté d'une loi interdisant notamment aux douaniers de faire grève, un texte qui s'est attiré des critiques

 COTONOU, 4 oct 2011 - Le Bénin s'est doté d'une loi interdisant notamment aux douaniers de faire grève, a indiqué mardi la présidence, un texte qui s'est attiré des critiques. "Le président de la république a promulgué la loi ce 1er octobre", quelques jours après son adoption par l'assemblée nationale, a déclaré à l'AFP Agapit Napoléon Maforikan, un porte-parole de la présidence de Thomas Boni Yayi. Mi-septembre, les agents des douanes avaient interrompu leur travail pendant 48 heures, paralysant le port de Cotonou dont le pays tire plus de 60% de son PIB. Ils avaient indiqué protester contre des mauvais traitements dont ils se disent victimes. Selon l'article 9 de la nouvelle loi, "les personnels militaires, des forces de sécurité publique, paramilitaires et assimilés sont tenus d'assumer leur mission en toute circonstance. Il ne peuvent exercer le droit de grève", sous peine d'être radiés de la fonction publique. Les "paramilitaires", c'est à dire les agents des douanes, des eaux et des forêts, n'étaient jusqu'à présent pas concernés par l'interdiction qui s'appliquait déjà aux soldats et forces de sécurité. Les autorités ont dénoncé une multiplication des débrayages et le chef de l'Etat avait dénoncé fin septembre une "anarchie dans le milieu syndical au Bénin". "Les grèves tous azimuts depuis 2006 restent une menace pour le pays et il faut arrêter la saignée", a expliqué le député Mama Djibril Débourou, membre de la majorité présidentielle. Le secrétaire général de la confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB) Pascal Todjinou a lui dénoncé un texte "liberticide". "Cette loi est une loi liberticide et n'est que le début d'actions d'intimidation du gouvernement vis-à-vis des syndicats", a-t-il dit lundi à l'AFP. Le député Antoine Kolawolé Idji, membre de la coalition d'opposition l'Union fait la nation, a également dénoncé la nouvelle loi. "La suppression (...) du droit de grève des douaniers et des agents des eaux et forêts, et bientôt des autres travailleurs dès lors qu'ils seront soupçonnés d'en abuser, parachève le processus de musellement des forces sociales et politiques", a-t-il estimé. Les douaniers qui avaient annoncé un nouveau débrayage à partir de ce mardi y ont renoncé suite à une médiation du clergé.

Mercredi, 26 Juin, 2013 - 19:00